Apparemment, je roulais dans un rêve, mais en fait, j’ai erré dans des endroits inconnus parmi des visages étranges. Mon corps était apparemment situé entre la literie et l’oreiller, mais en réalité, c’était un endroit beaucoup plus brumeux appelé Dream pour le passé. Je veux dire, c’est sur le point de se lever le matin, je me souviens de mon sommeil avec tous ses détails, et je peux même concevoir des rêves techniques dans la longueur d’un long film.
Je ne rêve pas de la voiture de mes rêves, cela fait deux semaines de travail comme une heure …
L’aspect le plus doux de mes rêves est que je comprends tout à fait que je rêve et, en même temps, je soupçonne toujours que le monde réel ne l’est pas, et je vois peut-être le monde dans son état le plus innocent (le plus réel). ..
Je n’ai aucun intérêt à voir des rêves comme nager dans des eaux peu profondes. Un rêve doit gonfler des profondeurs de l’esprit, comme un printemps, et ne devrait pas être capturé par les affaires de la journée. Lorsque, jour après jour, nous surmontons notre rêve et le calmons, l’intellect ne se tait pas et la bouche qui passe toute la journée à en parler continue de dormir dans le rêve. Ces types de rêves sont généralement proches d’une expiration et ils ne peuvent divertir les téléspectateurs que le matin et au moment du lavage des mains avec leurs images floues …
Je rêvais de dormir et, inversement, j’étais ligotée. Il semblerait que l’existence de chacun d’eux soit une excuse pour la création d’un autre, comme si le corps m’avait vaincu sous son propre contrôle.
Sans être conscient de ma destination, je me suis promené tranquillement dans une forêt. Je ne sais pas s’il s’agissait d’une forêt pluviale ou d’une forêt tropicale ou d’une collection d’images recueillies en regardant des documentaires sur la nature dans mon esprit. J’avais du mal à découvrir où je n’étais pas et je ne savais pas où j’étais. À cause de la gloire des grands arbres qui empêchaient le ciel de voir, je ne pouvais pas savoir quand c’était à partir du jour. Mais des rayons de lumière qui ont pénétré les branches dans la forêt, il est devenu clair que du moins pas la nuit. Si je ne savais pas que j’étais endormi, ce serait beaucoup mieux, car je me sentais alors dans une vraie forêt. Apparemment, nous pouvons ressentir les moments d’adrénaline que nous n’avons pas vécus au cours de nos vies dans nos rêves.
Eh bien … allais-je marcher de la même manière que les arbres sans arbres? Pas un appel de l’intérieur de moi ne m’a dit de revenir et je n’ai pas senti dans mon cœur un signe vague et caché qui me ferait revenir.
Le son de manger les mauvaises herbes est venu avec le son de mon souffle. J’avais l’impression de respirer comme si je n’avais pas respiré depuis des années. J’ai essayé de sentir l’air pur en moi. Un air qui n’a ni le goût ni l’odeur d’une ressemblance avec l’oxygène dont nous avons besoin pour vivre. Je sens toute l’odeur, je ne voulais pas que mes cellules envoient ce souffle. Pour respirer un peu, j’ai marché sur mes poils avec mes jambes plus tendues. J’ai eu un mariage chez moi. C’est comme si ceux qui ont rapidement dansé.
Je voulais réveiller ce rêve en réalité, le célébrer. Il semblait que le nez, les yeux et les lèvres s’étaient retrouvés. Mes yeux pouvaient détecter tous les tons verts. Le vent qui coule lentement entre les branches les rend si emmêlés À mesure que le vent soufflait, on pouvait voir différentes nuances de couleur verte sur les branches.
J’entendais dans mon dos une voix éraillée qui ne me permettait pas d’entendre mon souffle. J’ai vu son ombre avant d’entendre l’orateur. Si je revenais, je serais en contact avec la source sonore. L’ombre m’a été utile et je suis tombé sur la porte d’entrée et sur le plus beau renard que j’ai vu jusqu’à ce jour. Ses cheveux, ses oreilles et ses couleurs étaient comme s’ils étaient faits d’un tissu moelleux. Il s’agissait apparemment d’une image d’un beau renard tirée à la main tirée des archives post-my-photos. Nous nous regardions. Le renard a placé ses jambes arrière dans une position et a posé sa hanche sur le sol, puis a secoué sa dissimulation sous le museau:
« Bonjour »
Oh … parle du renard! Si je n’étais pas sûr de rêver, j’aurais pu mettre mon intellect dans un coin de mon rêve et le poser comme une tête folle le matin dans le désert.
« Bonjour le renard. »
« Bienvenue, je t’attendais. »
« Est-ce que tu m’attendais? »
« Longtemps! »
Dans mon rêve, je voulais toujours savoir ce qu’un faux porte-parole devrait être pour moi?
« Pourquoi m’attendais-tu, renard? »
« Est-ce que tu dis jamais renard? »
« Je ne sais pas ce que tu sais … »
« Le nom n’a pas d’importance. Les noms ne sont importants que là où ils ont été disposés. »
« Où est-ce où? »
« Une grande jungle, un vrai lieu où tout peut être trouvé. »
« Qu’est-ce que je veux? »
« Si tu peux seulement te trouver toi-même, c’est bon. »
Je savais que le renard était une bête intelligente et pouvait même tromper les corbeaux, mais je ne savais pas que les renards pouvaient être des créatures sérieuses et sages.
« Tu ne peux pas esquiver les corbeaux du tout. C’est un menteur pour toi. »
Pour qu’il puisse lire dans mes pensées! Puis-je aussi lire les astuces qui sont dans mon cerveau?
« Je peux demander pourquoi tu m’attendais? »
« Maintenant, pourquoi, pourquoi? »
Qu’a-t-il voulu dire en disant que la forêt dans laquelle vous pouvez vous trouver? Je n’avais pas besoin de parler de ma question car il pouvait lire dans mes pensées sans me permettre de réfléchir.
Le renard qui ne connaissait pas son nom et son sexe marchait devant moi. J’ai aussi regardé son dos.
« Vous devriez être conscient de ma voix que je suis un renard mâle. »
Il traversa les branches et commença à marcher sur les racines des grands arbres. C’était comme si nous allions contourner un labyrinthe. J’ai eu une question dans mon esprit. Je ne pouvais pas manquer cette opportunité. Maintenant que le matin, après mon réveil, je peux me souvenir de tout et que je peux prendre des informations précieuses d’ici. Le géant de la lampe magique d’Aladdin est apparu à l’avant de mon renard.
« Maintenant que tu es venu ici, tu ne cherches pas quelque chose? »
En réponse, je vais chercher un coucher de soleil calme et qui m’aime bien? Pas seulement ma bouche, mais toutes mes pensées. J’ai été surpris par la question d’être répondu avec le cœur au lieu de la logique. Le renard a lu dans mes pensées et a été préservé:
« Ne cherche pas ta réponse, tu dois trouver une réponse pour ne pas la trouver. »
« Que voulez-vous dire? »
« Vous devez juste attendre que quelqu’un trouve votre amour. »
Apparemment, dans ce renard, il y avait un professeur de philosophie.
« Mon renard, je vais devoir me réveiller un peu, je vais le sentir, j’y vais, s’il faut faire demi-tour au milieu de ce pré », a-t-il déclaré.
« D’accord, nous arrivons. »
Soudain, la terre, qui avait les racines d’un arbre géant, ouvrit la bouche et la remplit d’eau. L’eau de ce petit étang, qui rappelait une personne à un étang, semblait très brillante.
Le renard étendit son cou et observa son reflet dans l’eau.
« Bend, regarde-toi. »
« Ok, maintenant. »
Je me suis penché en avant sur mes genoux et j’ai penché mon cou vers l’eau.
Même si j’étais endormi, j’ai juste senti que mes genoux étaient détendus. Si je n’avais pas aidé mes mains, je serais certainement tombé à l’eau. J’ai été photographié et je regardais le reflet de mon image dans l’eau. Je voulais secouer la tête, ouvrir la bouche et cligner des yeux sur l’illusion qui régnait dans l’eau. J’ai vu le visage du chat dans l’eau …
« A quoi ressemble le regard d’un chat sur mon visage? »
Mes mains et mes pieds étaient comme des êtres humains. Mais comme si dans l’eau il y avait un miroir qui, dès qu’il l’a regardé, a transformé le membre du miroir en un membre du corps du chat. C’est-à-dire que si je portais la main à l’eau, j’aurais sûrement les pattes devant un chat et si je marchais les jambes sur le côté, je pouvais le voir de l’arrière de mes jambes arrière.
« Bien, maintenant pourquoi suis-je devenu un chat? »
« Viens avec moi. »
Je marchais comme un humain mais je me sentais comme un chat. Je regardais le chat avec curiosité et j’essayais de comprendre le nez des odeurs provenant des profondeurs de la forêt. Y avait-il une autre bête dans cette forêt que je pourrais transformer? Autant que j’ai essayé, je ne pouvais pas trouver dans mon imagination et dans les archives de mes images une autre créature appropriée.
Plus tôt nous sommes allés, les arbres ont été raccourcis et les feuilles vertes ont légèrement jauni et la couleur du ciel est devenue légèrement plus claire. Maintenant nous étions arrivés au sommet d’une longue colline. Partout, il s’est transformé en une carte postale jaune. Je regardais une maison de deux étages sur la colline avec un œil curieux, un chat.
La maison de mon enfance, avec tous les détails qui me rappelaient cette époque, était juste devant moi, mais aux yeux de mon chat, il ne s’agissait que d’une belle petite maison qui semblait avoir été construite récemment. Mais je me suis même souvenu du terrain dans la cour rouillée, des fleurs du jardin, des moineaux rassemblés derrière sa fenêtre. Apparemment, je me suis souvenu d’une série de détails oubliés. Apparemment, nous choisissons les gens de nous oublier pour pouvoir donner à nos vies de nouvelles couleurs et une nouvelle eau.
J’étendis mon front et commençai à courir vers le jardin qui me manquait et la maison où je suis née. Le renard est resté sur la colline avec cet état de sage de son espèce entière. J’ai couru … J’ai couru vers les couleurs qui ont fait de moi et de mon passé. C’était un arc-en-ciel vibrant, qui brillait pour moi en peignant le plafond de la maison.
Dès que je me suis rapproché de la maison, il a semblé que les parties qui n’étaient pas claires sont devenues plus colorées et qu’une période oubliée serait encore morte dans mon esprit. Mon enfant m’a vu regarder par la fenêtre. C’était comme si je courais chez moi et que j’allais dans mon enfance en même temps. Le corps de mon chat s’est approché de la maison et a regardé les yeux de mon enfance.
« Maman est venue avant nous. »
Notre regard était attaché. Je l’ai vu dans mon enfance et il m’a vu dans son avenir …
« Allez, maman! Je t’ai dit de venir. »
La voix de mon enfant était en accord dans mes accords et mes cahiers incomplets étaient terminés. J’ai attendu comme un chat dans le jardin de la maison. À ce moment, une grande main du ciel s’étendit et laissa un morceau de puzzle qui ressemblait à un morceau de terre. La maison à trois étages de notre quartier et toutes les maisons situées le long du chemin de terre sont à nouveau apparues à mes yeux.
Quoi que j’aie essayé d’attraper cette main avec la curiosité d’un chat.
Dans le gris, la maison de trois étages a été ouverte et l’homme, dont le travail d’âge moyen était clairement visible sur le visage, a quitté la maison. L’étranger a étendu le sac qui était dans ma main:
« Viens ici. »
Je sentais le poulet cuit, je me rappelais à quel point j’avais faim. L’excitation et la spécialité de la mélodie ont balayé tout mon corps et, avec les pas d’un chat, je me suis rendu à un endroit où l’homme avait posé la chair. J’ai regardé la tête de mon chat sur le visage d’un homme, un regard familier. Je connaissais ce regard, c’était mes cinquante ans, mon corps. Mon enfant
collait sa tête contre la vitre de la fenêtre et essayait de cracher du verre en me disant quelque chose: « Nurvary, ne crache pas du tout. »
En mangeant un poulet cuit, j’ai regardé mon enfance.
L’homme rentrait chez lui. Je n’ai toujours pas mordu le dernier morceau de viande et l’homme et sa maison de trois étages ont disparu. Malgré tout, la nourriture n’atteignait pas l’estomac, le poison du poulet s’était répandu dans mon corps. Je respirais fort, les cheveux de mon corps étaient brûlés, je ressentais une douleur intense entre l’estomac et la poitrine et les yeux de mon enfant étaient pleins de larmes.
J’ai commencé à courir avec la douleur du corps de mon chat. Maintenant, le renard était loin derrière. La forêt avait disparu et elle était partout comme la continuation de ce chemin de terre. Je ne savais pas où j’allais. Mes pattes sont allées au bout du chemin de terre et ont emmené le corps de mon chat dans une rue animée.
Mon enfant était perdu au fond du chemin de terre et au fond de la forêt. J’ai essayé de parler, blessé, en me frottant les pieds à des gens qui ne me voyaient pas au visage, je voulais de l’aide. Mais les mots qui sortaient de ma bouche n’avaient rien à voir et ils ne pouvaient pas prononcer une phrase intelligible. J’ai vu mon visage sur le visage de toutes les personnes. Ceux qui ont couru, ceux qui attendaient, les visages nerveux, les regards frustrés … comme si je voulais le partager avec tout le monde et apporter quelque chose à l’humanité qui est apparue sous la forme de mon propre visage , Je comprends. Personne ne nous a aidés, et personne ne m’a même caressé … Je ne veux rien dire sur les coulisses qu’ils me faisaient. Si je pouvais parler, qu’est-ce que je n’avais pas à dire, quoi …
*
J’ai ouvert les yeux à l’arrêt de bus de la station de métro Levant. Un rêve sans lits ni oreillers et sans literie compliquée … Je m’étais probablement évanouie … certaines personnes étaient rassemblées au-dessus de moi. Un vieil homme qui avait vide une bouteille d’eau sur mon visage et une vieille femme qui a appuyé mes colonies de lions dans mes narines m’a ramené à la vie réelle. Je suis tombé à genoux là où j’étais et j’ai essayé de prendre une profonde inspiration. Mes bras et mes jambes ont été imprégnés de vomissements. Dans ma bouche, je sentais encore le déjeuner cuit du poulet. La vieille femme a cru que j’étais empoisonnée et a remercié Dieu de me sentir mieux avec les vomissements.
J’ai tendu les bras à la foule. Juste au moment où je me levais et venais vers moi, nos yeux se croisèrent …
Elle regardait un chat de l’autre côté de la promenade. Elle me ressemblait …

Traduit par Sarah Keating / Avec tous nos remerciements

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
24 − 1 =