Coçuklar Sana Emanet « Les enfants vous sont confiés », précision sur un film peu commun.

Home / Films / Coçuklar Sana Emanet / Coçuklar Sana Emanet « Les enfants vous sont confiés », précision sur un film peu commun.
Coçuklar Sana Emanet « Les enfants vous sont confiés », précision sur un film peu commun.

Je voudrais vous parler un peu de ce film d’Engin qui ne ressemble pas aux autres, chacun le voit différemment, ainsi la profondeur du film diffère pour chacun.

J’ai lu dans un commentaire: « Je me demande ce qu’Engin faisait dans un tel film». Il s’agit là de mon avis personnel que j’ai décidé de partager avec vous.

Nous savons tous que cet acteur choisi bien ses rôles et il ne prend pas de décision à la légère. De plus, Engin a un indéniable talent pour jouer les personnages compliqués, caractériels, complexes et instables. Ceux qui l’ont vu dans « Bir Bulut Olsam » peuvent vous le confirmer. Un personnage qu’on peut aimer et aussi détester. Mais s’agissant d’Engin et sa façon de jouer, on ne peut qu’admirer ses œuvres, il a même rendu son personnage légendaire. Si je peux oser le dire « Les rôles et les histoires que joue Engin sont toujours parfaits ».

Revenons à son film,  « Les enfants vous sont confiés » J’étais aussi intriguée par la bande d’annonce, j’ai fait quelques recherches à la sortie du film pour savoir un peu plus sur Son réalisateur, Cagan Imak. Il est connu pour ses touches « fantastiques » dans ses films, Il aime ce fantasme.

Coçuklar Sana Emanet ne peut pas être interprété comme un film d’horreur, Ce que nous voyons dans l’histoire n’est pas vraiment en relation avec les monstres ou des fantômes, ce film est une réflexion de notre solitude face à nos remords, nos regrets et nos actes dissimulés.

« Les enfants vous sont confiés », Cocuklar Sana Emanet, vous ouvre les portes d’un monde mystérieux. Ce film est certes différent des autres mais une très belle histoire de la vie, une lutte entre le bien et le mal, ce film est un exemple qui montre notre réaction face aux phénomènes surnaturels.

Autre thème abordé dans le film est «La pédophilie », La maltraitance des enfants est une question incroyablement sensible et la violence contre les garçons est un sujet que l’on n’aborde jamais, or ça existe dans la vie de tous les jours et des milliers d’enfants dans le monde subissent ce cauchemar. Le thème « Chaman » et l’idée de protéger les enfants est admirable. Le réalisateur a osé emmener les vérités de la vie au cinéma, la pédophilie est critiquée dans le film.

Engin Akyürek nous interprète le personnage de Kerem, un jeune et bel architecte d’intérieur à succès, il a une belle vie, une belle femme, il vit une vie absolument enviable mais subit soudainement un grand désastre et tente de faire face à un processus de traumatisme intense. Dans un accident de la route alors qu’ils partent en vacances, il perd sa femme bien-aimée, tue un enfant et se sent coupable. Tuer un enfant alors que lui-même essaie désespérément d’en avoir est un lourd fardeau qu’il va devoir se débarrasser. Une blessure sanglante, combinée aux remords de la conscience livre Kerem à des rêves inhabituels. Il ne peut être traité par un médecin ou des médicaments. C’est là qu’il va faire la connaissance du « Chaman », Mémé Zisan. Une connexion magique s’établit entre eux dès l’instant où ils se voient. Mémé Zisan lui dit: « Rapproche-toi, n’aies pas peur, donne-moi ton visage, tu as été triste et tellement triste, pauvre enfant », Kerem pleure toutes les larmes de son corps, comme un soulagement de ses fardeaux.

En effet, elle est la seule personne qui connaît son secret d’enfance, Le petit Kerem s’est vu forcer de devenir un meurtrier, il a enfoui ce fait si profondément dans son esprit jusqu’à ce qu’il l’entende de la bouche de mémé Zisan.  Ce n’est qu’avec elle qu’il parle de l’épisode le plus difficile et le troublant de sa vie. Il ne lui est jamais venu à l’esprit que le monstre est Bekir, le pédophile qu’il a tué. Il est horrifié quand le souvenir de ce « monstre » lui revient (dans cette scène, Engin est plus que parfait), Quoi qu’il en soit, elle est la seule à lui donner espoir de guérison et la vie car il voit son propre mal être à travers les yeux de Mémé Zisan.

Il y a des passages très intéressants dans le film concernant le mal et le surnaturel, comme :

  •  La chose qui te poursuit veut la vengeance, il veut te rendre fou, il veut te faire pécher pour qu’il puisse te ramener vers lui. En d’autres mots, le mal n’a aucun pouvoir sur nous jusqu’à ce que nous entrions sur son territoire.  Plus que nous sommes effrayés, plus qu’il grandit et,
  • Il y a d’autres mondes que l’œil ne peut pas voir.

Les deux principaux artistes du film, Serif Seze (Mémé Zisan) et Engin Akyürek (kerem) ont un rôle très lourd, très complexe et très difficile à exécuter. Il faut du talent pour le faire. Ils sont spectaculaires.

Que faisait Engin dans un tel film ? Je peux dire qu’il a eu le cran d’avoir accepté un rôle complexe que les autres acteurs n’oseraient pas jouer. Il aime les sujets intéressants et délicats, il peut être Mustafa dans Bir Bulut Olsam, ou Kerim dans Fatmagül, ou Daghan dans Olene Kadar ou encore récemment Sancar dans Sefirin Kizi, il aime les défis. Le réalisateur, Cagan Imak a fait le meilleur des choix en l’approchant et il a pris la meilleure des décisions en acceptant ce film.

Engin n’a pas utilisé uniquement son langage corporel, il nous a fait ressentir sa peur à travers ses yeux comme dès le début du film, lorsqu’il voit un être surnaturel pour la première fois, on aurait cru qu’il a vraiment vu un fantôme. Un autre moment incroyable, lorsqu’il essaie de déverrouiller la porte de son appartement, c’est une expression intense ; et il y en a tout le long du film.  Comme je l’ai déjà dit dans un de mes commentaires, Engin a su nous transmettre ses émotions, son désespoir, sa souffrance, son chagrin, sa peur et son cauchemar qui le hante.

« Les enfants vous sont confiés » n’est finalement pas un film mais une histoire de la vie et je suis tellement heureuse quand je vois Engin accepter ces genres de films car c’est là que l’on peut voir d’avantage son immense talent. Je reste admirative devant ses performances, il les joue toujours à la perfection.

La déclaration d’Engin à la première de son film « Les enfants vous sont confiés » Cocuklar Sana Emanet.

« Filmin başrol oyuncusu Engin Akyürek de, Çağan Irmak’la çalışmaktan dolayı mutlu olduğunu belirterek, « Her şeyden önce Çağan’ı tanımak gerçekten çok özel. » diye konuştu.

Akyürek, seyircinin görüşleri ile filmin tamamlanacağına dikkati çekerek, şunları kaydetti:

« Her filmi bitirdikten sonra seyircinin ne hissettiğini merak edersiniz ama bu filmle seyircinin görüşünü biraz daha fazla merak ediyoruz. Seyircinin ne hissettiği, bu filmle nasıl bir ilişki kurduğu filmi başka bir yere taşıyacak. İsmi gibi gerçekten çocuklar aslında seyirciye emanet. »

Traduction: Engin Akyürek, l’acteur principal du film, a déclaré qu’il était heureux de travailler avec Çağan Irmak et a dit: « C’est très spécial de connaître Çağan avant tout. » Akyürek a souligné que le film sera complété par les opinions du public et a noté: « Après avoir terminé chaque film, vous vous demandez ce que ressent le public, mais avec ce film, nous sommes un peu plus curieux de savoir ce que le public ressent, avec leur point de vue le film va gagner une autre importance. Vraiment, comme le nom « les enfants vous est confiés », le film est confié aux spectateurs. »

Le saviez-vous ?

  • L’une des caractéristiques du film « les enfants vous sont confiés » est que certaines de ses scènes ont été tournées au château de Dubrovnik, lieu qui a accueilli également «Game of Thrones».
  • Pendant le tournage de « Les enfants vous sont confiés », Engin a aidé un membre de l’équipe qui avait du mal à joindre les deux bouts. Il l’a secrètement aidé à acheter de nouveaux vêtements. Une fois le film terminé, il a continué à rester en contact avec lui. Quand il a découvert que ses parents avaient de graves problèmes de santé, il a fait don de 100 000 lires de ses revenues de «son film, Cocuklar Sana Emanet ». Il a ainsi rendu justice à son nom de famille « cœur blanc ».
https://www.takvim.com.tr/saklambac/2018/07/22/engin-kocayurek?fbclid=iwar1sg6lkc_8ifym-eidaxynrfhw9acoabm-lvpmbe33iy8kh3lzs8rsgctq

Leave a Reply

Your email address will not be published.

error: Right click prohibited