Avec Engin Akyürek, la littérature, le théâtre et la vie.

Home / Biographie / Avec Engin Akyürek, la littérature, le théâtre et la vie.
Avec Engin Akyürek, la littérature, le théâtre et la vie.

Hayraniyim….Bodrum’da Kapisina Dayandim !
Je suis fan… Je me suis invitée à Bodrum!

👉 https://www.armanayse.com/engin-akyurekle-edebiyat-oyunculuk-ve-hayat-uzerine

Fan d’Engin Akyürek, je me suis créé cette opportunité, je suis allée frapper à sa porte à Bodrum !

Aussitôt notre entretien terminé, une amie m’a appelée. « Dis-moi quel genre de personne il est » a-t-elle demandé. J’ai répondu « attends, je vais tout mettre sur papier ». « Mais moi, je suis impatiente, je ne peux pas attendre ton post sur Instagram, dis-le-moi maintenant », a-t-elle rétorqué.

Et Je l’ai décrit ainsi:
Il peut être un amoureux passionné …Un merveilleux mari..Un très bon compagnon… Un ami pour faire de la plongée (car il est plongeur aussi). Il peut être ton professeur de philosophie … Tu pourrais en apprendre beaucoup, mais tu te perdrais dans sa profondeur.
Quelqu’un qui raisonne sur la vie … Qui se questionne … Qui travaille sur lui-même. Il est un brillant acteur, un excellent écrivain … Il a un recueil dans lequel il a rassemblé 21 histoires, « Silence » en est son titre… C’est comme une farce, incroyablement joyeuse… Et, bien sûr, il a une délicieuse humilité, chic et sobre, des yeux qui scintillent comme les étoiles quand il sourit, ses mots sont soigneusement choisis, avec un merveilleux sourire et un sex-appeal peu souligné…

Engin Akyürek est une personne vraiment impressionnante, je suis heureuse de l’avoir connu. Il a fait don des revenus de son livre « Silence » à Darüşşafaka . 
Le livre est en 6e édition. Procurez-vous le livre et lisez-le…

Sefirin Kızı va bientôt toucher à sa fin. Deux ans se sont écoulés à Bodrum…Il est prêt pour hisser ses voiles pour de nouveaux projets. Continuez à le suivre… Nous t’aimons Engin… 

Photographies: Alper Kemal Özkorkmaz

SESSIZLIK «SILENCE» VOUS DEVEZ ABSOLUMENT VOUS LE PROCURER
ET LE LIRE, IL EST EXQUIS.

Je ne l’ai lu que très récemment « Silence », ce retard est dû à ma maladresse. Et j’ai adoré ! Comment est-ce possible d’écrire un si beau livre ?!
– Je t’en prie, ce n’est pas une maladresse, il y a tellement de livres à lire que mon livre a attendu son tour… Je suis très heureux que tu l’aies aimé, j’en suis très heureux quand j’entends de belles paroles sur mon livre. Sans doute parce qu’il est à moi…

IL Y A 21 BELLES HISTOIRES….LES UNES PLUS BELLES QUE LES AUTRES……SIMPLES, SOBRES ET ACCESSIBLES.

C’est en effet un livre comme une goutte d’eau. 
Les 21 histoires sont simples, sobres et accessibles.

Il y a 21 belles histoires….Les unes plus belles que les autres...👇

Je suis incapable de déterminer si tu es meilleur sur scène ou à l’écrit…
-« Je souhaite être meilleur sur scène. Être sur scène est ma profession. Bien que j’adore écrire, je ne me considère pas comme un écrivain, même si des histoires et des contes tournent dans ma tête. Quand je lis les œuvres de grands écrivains tels que Yaşar Kemal, Ahmet Hamdi Tanpınar ou Faik Abasıyanık et Sezgin Kaymaz, je ne vois pas en moi le droit de prétendre être un écrivain. »

LES ANCIENNES FETES, LES JEUX D’ENFANTS JOUANT DANS LE QUARTIER, DES VRAIS GENS ET DES VRAIES VALEURS

Les anciennes fêtes, les jeux d’enfants jouant dans le quartier, des vrais gens et des vraies valeurs…..👇

Échange chaleureux et convivial. Avec un vocabulaire très pur. Le plus important, ce sont les émotions pures et réelles. Les anciennes fêtes, les enfants jouant dans le quartier, de vraies personnes, de vraies valeurs… Y a-t-il une raison particulière pour évoquer ces sujets ?
– Je ne sais pas, j’ai essayé de montrer la sincérité de ce petit garçon caché en moi. Le «passé» est un souvenir, mais aussi une profondeur. J’ai vécu mon enfance dans les années 80 et mon adolescence dans les années 90. Les fêtes étaient plus chaleureuses, les relations étaient plus sincères, il n’y avait pas de téléphone portable… Mais je ne dis pas cela pour faire des éloges au passé, je me contente de faire un constat. Si l’on commençait à énumérer le confort et les facilités que les téléphones portables ont apportés à nos vies, aucun de nous n’aimerait retourner au passé. De telles comparaisons me poussent à construire des histoires dans ma tête. Dans le passé, lorsque nous appelions notre petite amie, il n’était pas exclu que son père lui-même réponde au téléphone. Aujourd’hui, les téléphones fixes ne sont presque plus utilisés. Nous trouvons plus facile de laisser un message sur Instagram au lieu d’appeler depuis son mobile. J’adore les histoires fictives sur ces évolutions. »

AU COURS DES 20 DERNIÈRES ANNÉES, LE MONDE A CONNU
UN CHANGEMENT SANS PRECEDENT.

Fais-tu partie de ceux qui regrettent l’ancienne Turquie et ses valeurs ?
Nous sommes tous nostalgiques du passé. Parce que nous y étions. À chaque fois que le présent nous presse, à chaque fois que l’avenir nous effraie, nous nous accrochons au passé, on y retrouve quelques souvenirs et on s’y réfugie. Au cours des 20 dernières années, le monde a connu un changement qu’il n’avait jamais connu auparavant. Nous avons témoigné de cela. Il y a en ressort des histoires. J’aime réfléchir et écrire sur ces histoires.

ON NE S’ECOUTE PLUS ET ON NE S’AIME PLUS LES UNS LES AUTRES. NOUS SOMMES DEVENUS DES ÊTRES SANS PATIENCE ET NOUS MANQUONS D’EMPATHIE. NOUS SOMMES DEVENUS ÉGOÏSTES ET NOUS NOUS HEURTONS AVEC NOS EGOS SURDIMENSIONNES.

On ne s’écoute plus et on ne s’aime plus les uns les autres. Nous sommes devenus des êtres sans patience et nous manquons d’empathie. Nous sommes devenus égoïstes et nous nous heurtons avec nos egos surdimensionnés….👇
Selon toi, quelle est l’émotion qui a disparu dans le monde d’aujourd’hui?
Disons qu’il a changé plutôt que « disparu ». Ces sentiments existent toujours, ils se sont juste transformés en autre chose. Je ne dis pas cela comme étant un point négatif. Bien sûr, il y a encore de belles personnes au cœur bon et compatissantes dans ce monde. Mais nous ne nous écoutons plus et nous ne nous aimons plus autant qu’avant. Nous nous sommes transformés en êtres impatients et sans empathie. Nous continuons à nous heurter avec nos égos surdimensionnés. Mais notons aussi que dans les années 40, plus de 40 millions de personnes sont mortes pendant la Seconde Guerre mondiale. Le passé de notre monde n’est pas plus innocent qu’aujourd’hui!
NOUS DEVONS NOUS CHANGER D’ABORD

Te sens-tu aussi fatigué de vivre dans un monde où tout le monde se bouscule, veille sur ses propres intérêts, se déchire, s’inflige la violence, l’injustice prône, la justice est insuffisante …
– Parlons-en avec sincérité. Oui, c’est toute la réalité d’aujourd’hui. Je suis plus peiné que fatigué. Parce que cela rend l’humain triste, un humain se fait du souci. Nous pouvons dire notre mot seulement si nous faisons de notre mieux, seulement si nous accomplissons notre devoir de manière éthique et honnête… Seulement si nous recherchons la miséricorde, si nous nous rebellons contre l’injustice, si nous voulons vivre dans une société consciencieuse, si nous sommes contre la violence contre les femmes. Le changement devra d’abord commencer par nous, avec nous. Seulement, après tout cela, nous deviendrons les personnes souhaitées. Je pense que c’est le problème de notre monde ; ne pas faire le nécessaire dans notre propre vie alors que nous l’attendons des autres…

Je veux juste exister à travers mon travail.

AINSI EN MENANT A BİEN MON TRAVAIL, J’AURAIS DIT MON MOT ET RACONTE MON HISTOIRE

Comment te protèges-tu de tous ces maux, de toute cette laideur ?
– En essayant de rendre mon propre monde beau. En écrivant, en lisant. Au moins, j’ai un effort. Avoir cette intention est très noble aussi … 

Vis-tu sur ta propre planète comme le Petit Prince?
– Non pas du tout. Je vis sur l’avenue de Bağdat/Istanbul et je suis un homme ayant une vie sociale. Je n’ai aucun effort à faire pour me protéger. 

Eh bien, tu sais être dans deux univers. Comment fais-tu pour rester sous les projecteurs sans vraiment être présent?
Je suis dans la vie, mais je veux juste exister par mon travail. Si j’accomplis bien mon travail, alors je pourrai à la fois dire mes mots et raconter mon histoire. Il ne m’en faut pas plus. Nul besoin de grandes paroles. Bülent Ortaçgil et Fikret Kızılok sont des artistes/chanteurs que j’aime beaucoup. Ils ont chanté ce qu’ils voulaient dire, ils chanteront encore. Alors que l’on ne connaît pas beaucoup leur vie, on n’a pas besoin d’en savoir davantage. 

TOUT LE MONDE VEUT CONNAÎTRE ET TOUT SAVOİR MAIS PARFOIS
IL EST BON DE NE PAS SAVOIR CERTAINES CHOSES!

Certains s’inquiètent quand ils ne se voient pas dans les gros titres deux fois par semaine. En partant du principe qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise publicité, pourvu qu’ils restent au-devant!
Ne sont-ils pas restés dans les années 1990 ? Je pense que ce réflexe a émergé avec arrivée des chaînes de TV privées. Le monde d’aujourd’hui est encore plus réel maintenant… Et il est cruel… Il est primordial d’exister par son travail… Mais tout le monde veut tout savoir et tout apprendre sur tout le monde. Mais parfois, il est préférable de ne pas savoir des choses ! Selon moi, la perception des acteurs en Turquie est un peu faussée. Je ne pense pas que les acteurs doivent s’exprimer et parler beaucoup, ce sont des émotions personnelles. Être un acteur, en fait, est une recherche permanente, une recherche de personnages, tout comme l’historiographie est une recherche.

ENFIN JE SUIS SUR INSTAGRAM !

METTEZ-VOUS EN SCENE AUSSI BIEN QUE VOUS LE VOULEZ
SI L’HISTOIRE EST MAUVAISE, VOTRE TALENT N’Y FERA RIEN!

Tout le monde t’aime à en mourir. Mais cela ne semble pas te gâter. Beaucoup d’hommes, sous une telle acclamation, auraient leur ego au plafond ! Es-tu un narcissique secret ou quelque chose de ce genre ? Jouerais-tu l’humble?
Si vraiment, je joue à tout cela, je pense que je devrais obtenir un Oscar ! J’exerce mon métier. Être aimé, être admiré, être apprécié est dans la nature de ce métier. C’est ce sentiment même qui vous invite vers ce métier. Mais tout cela ne vous oblige pas à faire l’enfant gâté. Et cela me semble drôle en 2021, nous vivons dans une époque où nous devons être professionnels dans toutes nos activités. Par ailleurs, le succès en Turquie et à l’étranger n’est bien sûr pas seulement mon succès. Le tout repose sur une histoire/un scénario et à la force du projet. Soyez aussi brillant que vous le voulez si votre histoire est mauvaise, cela n’aura aucun impact. 

LE PLUS GRAND COMPLIMENT SERAIT:
IL S’EST REELLEMENT TRANSFORME EN CET HOMME !

Être sur scène, est-ce une question de vie ou de mort pour toi ? Est-ce vital ?
J’ai toujours voulu être sur scène. Cela me procure de l’extase. Mais rien ne vaut la peine de mourir ! L’écriture sera toujours dans ma vie. J’en suis conscient. Si je n’ai pas de papier, alors j’écrirais dans ma tête …

Concernant tes rôles, quels sont les commentaires qui te coupent les pieds de Terre?
Il s’est réellement transformé en cet homme/il est dans sa peau ». C’’est ainsi même que je définis « l’art de jouer ». C’est une transition vers une d’autre identité. Devenir « un autre » et ne pas seulement jouer… Si je peux convaincre les spectateurs que je suis devenu cet « autre », j’en serais très heureux. 

PRÉTENDRE QUE LES AUTODIDACTES JOUENT TOUJOURS LE MÊME RÔLE ET NE PEUVENT PAS INTERPRÉTER UN AUTRE QUE SOİ-MEME SERAIT ERRONÉ, JE NE PARTAGE CE POINT DE VUE INFONDÉ.

Tu n’as pas suivi une formation d’acteur. Quels en sont les avantages et quels en sont les inconvénients?
Apprendre, recevoir une formation et savoir, je ne vois pas cela comme un inconvénient. Ce qui prime au-dessus de tout cela, c’est ce qu’on en fait après. Prétendre que la formation d’acteur dénature le rôle au même titre que prétendre que les autodidactes se répètent toujours, personnellement, je ne partage pas cette pensée infondée. Car vous pouvez franchir les obstacles avec votre détermination et votre travail minutieux.

LA PLUS GRANDE MALADIE DE NOTRE ERE EST L’ENNUI

Le tournant de ta vie a été le concours «L’Etoile de la Turquie». Tu as été désigné premier. Et, successivement, tu as obtenu des rôles dans de très bons projets, tous de longue haleine. À quoi fais-tu attention dans le choix des projets?
La plus grande maladie de notre ère, c’est l’ennui. Tout le monde est fatigué de tout. J’arrive à le comprendre aussi. Pour ma part, je ne veux pas m’ennuyer en exerçant mon métier. Pour faire mon travail avec passion, je dois être capable de « voyager » dans le scénario, de m’évader avec le rôle choisi. Je fais attention à cela. Parfois, je veux devenir  » l’homme du rôle », et parfois, c’est le scénario qui m’attire.

TOUT REPOSE DANS LA FORCE DU SCENARIO/HISTOIRE

Tu as partagé les rôles principaux avec des actrices de grand talent comme Melisa Sözen, Beren Saat, Tuba Büyüküstün, Neslihan Atagül, Fahriye Evcen… Quels sont les noms pour lesquels tu dirais encore « oui »?
C’est le scénario/l’histoire qui nous réunira. Tout se cache dans la force de l’histoire

Ta dernière série a atteint de très bons ratings, mais il ne semble pas qu’elle soit aussi brillante que les précédentes. Cela a-t-il été décourageant pour toi?
Je considère Sefirin Kızı comme étant un travail accompli et réussi. Le succès d’un travail n’est pas seulement reflété par une note/rating. J’espère que le voyage à l’étranger de Sefirin Kızı sera un succès. Lorsque les choses ne vont pas comme souhaité, cela nous préoccupe et nous attriste. Mais c’est dans la nature des choses, on apprend avec le temps.

MON PREMIER RÔLE PRINCIPAL M’A ETE PROPOSE PAR MERAL ABLA…
JE LUİ DOİS BEAUCOUP.

Que représente Meral Okay pour toi?
 Meral Abla était comme un personnage de Dostoïevski. Elle était incroyable. Si nos vies ne s’étaient pas croisées, je n’aurais peut-être pas été l’Engin d’aujourd’hui. «Si j’étais un nuage» (Bir Bulut Olsam) est une œuvre très précieuse pour moi. Meral Abla m’a offert mon premier rôle principal. Je lui dois beaucoup. Elle m’a fait confiance. Elle aurait pu ne pas avoir confiance en moi. Nous avons joué ensemble. La profondeur de ses échanges et son humanité étaient si particulières, qu’aujourd’hui, son absence se fait ressentir, non seulement en tant qu’écrivain, mais aussi en tant qu’intellectuelle. Elle me manque aussi. Il n’y aura plus de scénario de Meral Okay, mais on se souviendra toujours de Meral Abla avec beauté et de ce qu’elle a écrit et ce qu’elle a fait.

ERDAL ABI EST LE JACK NICHOLSON DE LA TURQUIE

Tu as également eu l’opportunité de jouer avec de grands acteurs comme Erdal Özyağcılar et Zeki Alasya. Qu’est-ce que ces expériences t’ont appris?
Imaginez! Vous avez 21 ans, vous jouez avec des acteurs géants. Vous connaissez l’arrière-plan, la cuisine de cet art. Vous apprenez à être discipliné, à aimer votre rôle et à être patient. Peut-être que vous ne réalisez pas au moment même, mais au fil des années. Cela scintille comme une lumière en vous. Ils font partie des acteurs les plus précieux que notre pays ait élevés. Erdal Abi, je pense qu’il est le Jack Nicholson de la Turquie.

PEU IMPORTE LES CHEVEUX, CE N’EST PAS MES CHEVEUX LONGS QU’ELLES AIMENT, MAIS LE CARACTERE QUI LES PORTE.

Penses-tu que les femmes te préfèrent davantage avec tes cheveux longs ? Ou t’aiment-elles avec tous tes aspects?
Si vous réussissez à devenir « le personnage », si ce sentiment est perçu par le public, je pense qu’elles aiment à la fois le rôle et les cheveux… Mais si vous ne pouvez pas pénétrer dans le personnage interprété, qu’importent les cheveux ? Je veux dire, ce ne sont pas les cheveux qu’elles aiment, mais les valeurs que porte le personnage et son imprégnation dans le rôle… Tout le monde a des cheveux. Les cheveux sont sans importance… 

Parler des sujets pécuniaires des autres est indécent.

Est-il vrai qu’il y aurait des acteurs qui toucheraient 300-350 mille par épisode. Ces chiffres, sont-ils réels ? Ou seraient-ce des spéculations?
– Je suis un enfant de parents simples, fonctionnaires. Je me vois mal parler de telles choses. Cela ne me regarde pas. J’aurais honte de parler à propos d’argent à une tierce personne.

Tu as eu une apparition assez tardive sur les réseaux sociaux. Le mois dernier, tu as posté « Je suis ici ». As-tu cédé à la pression de tes fans?
Ce compte attendait de voir le jour depuis 5 ans presque. Le moment était venu … Le fait que je n’avais pas de compte auparavant n’était pas dû à une prise de position ou à une attitude vis-à-vis des médias sociaux. Cela est venu de manière naturelle, et il en est ainsi aujourd’hui. Je n’aime pas être dogmatique et strict. Je n’aime pas être catégorique. J’ai activé le compte. Nous verrons la suite …

NOUS VIVONS ENSEMBLE A BODRUM PENDANT 2 ANS.

Ah ! Qui est-ce cet amour ?
Laissez-moi vous le présenter… C’est Feyyaz, mon colocataire. 👉

C’est un très beau félin. Alors tu es plutôt chat…
On pourrait le dire. J’adore tous les animaux, mais je communique plus facilement avec les chats. C’est parce que je peux passer plus de temps avec eux, nous sommes ensemble avec Feyyaz à Bodrum depuis deux ans … 

Comment votre chemin s’est-il croisé?
Leur mère a fait bas dans mon jardin de trois beaux petits mâles. Je les ai baptisés : Metin, Ali, Feyyaz, (les noms de 3 anciens footballeurs de l’équipe de Beşiktaş). 

Tu es donc supporteur de l’équipe de Beşiktaş…
Oui, je suis un grand supporteur de Beşiktaş ! D’abord, leur mère est partie, puis Metin et Ali… Feyyaz, lui, est resté avec moi… (par cette occasion je salue Feyyaz Uçar).
Nous vivons ensemble depuis ce jour. Il m’aime beaucoup. Il me connait depuis sa naissance. Je suppose qu’il doit me considérer comme un gros chat. Je suis tout pour lui. Je suis son ami, son père, sa mère…..

Dans quelques semaines, la page Bodrum touchera à sa fin. Une fois la série terminée, vas-tu emmener Feyyaz à Istanbul?
Jusqu’à là, je n’ai laissé personne derrière moi ! Nous ne nous séparerons pas avec Feyyaz… Mais cela va être un grand problème parce que j’ai un autre chat qui actuellement est à Istanbul avec ma mère. C’est un chat avec beaucoup de maturité, un philosophe, qui connaît très bien la vie. Feyyaz lui est jeune, il est beau, avec plein d’entrain. Mais je trouverai bien une solution. 

LA LITTÉRATURE EST L’UNE DES PLUS GRANDES DÉCOUVERTES
DE L’HUMANITÉ.

Rassure-moi et dis-moi : « Ces histoires que j’écris seront, un jour, tournées ». Parce qu’en les lisant, j’ai réalisé ces histoires image par image, tu as un langage cinématographique…
J’en ai l’intention. Il y a des histoires sur lesquelles j’ai déjà travaillé. J’espère pouvoir le faire un jour. Oui, je voudrais les tourner. 

Tu as une parfaite maitrise de la langue turque. Comment tu fais? Tu lis beaucoup?
Oui. La lecture me permet d’être dans une dimension, dans un autre monde. La littérature est l’une des plus grandes découvertes de l’humanité. 

Quelle est le dernier livre que tu as lu et que tu as aimé?
D’İsmail Güzelsoy, j’ai lu « Le berger des arbres orphelins ». C’était génial. J’ai vraiment aimé

Un roman de Paul Auster que tu avais aussi lu et partagé est arrivé en tête sur la liste des best-sellers en Argentine grâce à toi ? De quel roman s’agissait-il ?
J’aime beaucoup Paul Auster. Quand on l’aime, on l’aime beaucoup et quand on ne l’aime pas, on ne l’aime pas du tout. Il est un de mes écrivains préférés. J’ai presque lu tous ses romans. J’adore sa plume, car je la trouve proche du langage cinématographique. Le roman en question était « Seul dans le noir ». Je ne sais pas si le livre est arrivé en tête de liste grâce à moi, mais, si c’est le cas, alors j’aurai contribué à quelque chose de bien. Ohé ! Paul Auster entend ma voix! 

Les recettes de ton livre « Silence » sont reversées à l’orphelinat/ école Darüşşafaka.
Oui. Je l’ai voulu expressément. J’y étais allé à l’occasion d’une organisation. J’ai été très impressionné. C’est une magnifique école. Elle accueille des jeunes très brillants. Ils font un travail formidable. Il est impossible de ne pas être en admiration.  La présence d’une telle école en Turquie devrait nous rendre tous fiers. Quand j’ai terminé ce livre, je me suis dit que « les revenus devraient aller à Darüşşafaka ! ». Je pense que tu devrais aussi faire une interview sur cette école d’une très grande valeur. 

QUE DIEU DONNE À TOUT LE MONDE L’ENTHOUSIASME
DE L’HISTORIEN ILBER ORTAYLI!

FAIRE DES ÉTUDES D’HISTOIRE A L’UNİVERSİTE A ÉTÉ UN CHOIX RÉFLÉCHI.

Tu as étudié l’Histoire à l’Université. Était-ce un choix réfléchi ou parce que le résultat du concours le permettait?
– Un choix très réfléchi. Je voulais faire des études de Littérature ou d’Histoire. Ce fut l’Histoire. J’ai fait mes études avec passion.

Ta famille ne t’a pas dit : « Fils, fais donc des études de gestion ou d’économie ? ».
Je veux la remercier, car elle a toujours respecté mes décisions. 

Qu’est-ce qui te passionne dans l’Histoire?
L’Histoire est une « mémoire ». En fait, elle est une méthodologie pour comprendre le monde, votre pays et soi-même. Les études d‘Histoire, c’est aussi une découverte très enthousiasmante. Puisse Dieu donner à chacun, l’enthousiasme du professeur Liber Ortaylı.

Si tu avais l’occasion de voyager dans le temps, quelle période choisirais-tu pour vivre?
Ces choses me font peur. Laisse-moi rester ici. Avec la mentalité que j’ai, je serais malheureux où que j’aille! 

Moins 1 pour tes 40 ans.

Tu approches la quarantaine. Dans quel genre d’humeur es-tu?
Je suis dans une période d’observation, dans un état d’esprit qui essaie de comprendre. Mais je suis d’assez bonne humeur.

SE TROUVE UN LUNA-PARK EN MOI.

LE PETİT GARNEMENT EN MOİ ME PROJETTE DE BRANCHE EN BRANCHE.

Quand on s’appelle Engin, n’est-ce trop lourd de porter ce prénom (sens du prénom Engin = immensité)? La profondeur de ton nom se reflète-t-elle dans ton âme? Dans ton esprit, es-tu un vieil homme?
Il y a une phrase que j’évoque souvent dans mes histoires : « Le petit garnement en moi me projette de branche en branche ! » Alors au contraire, j’ai un enfant en moi que je n’arrête pas. Je ne sais pas ce qui se reflète à l’extérieur, mais j’ai un luna-park à l’intérieur! 

CE QUI RESTE EN NOUS EST PRÉCIEUX.

Désolée, mais bientôt tes 40 ans… Pourquoi nous n’avons pas vu que tu avais de grands amours… Cela signifierait-il que tu n’en as pas eus?
Tout le monde veut tout savoir et tout apprendre. J’ai une phrase dans une de mes histoires : « Ne pas savoir promettrait un pur bonheur si cela n’apportait pas l’ignorance. » Ce qui reste en nous est précieux. 

VOUS AVEZ DIT CELEBRİTE ?!

Que signifie la célébrité pour toi?
 La célébrité peut être la conséquence de votre travail, mais cela ne doit pas être un objectif. Si c’est le cas, cela peut finir par être désastreux.

POUR MOI ANKARA EST COMME DU BON THE NOIR.

Comment es-tu devenu un homme de principe ? Le fait d’être originaire d’Ankara a-t-il eu un effet?
Oui. J’ai l’âme d’Ankara. Je compare Ankara à « un thé magnifiquement infusé. » J’ai eu la chance de boire ce thé.

Quelles surprises tu nous prépares pour les jours à venir?
Pas de surprise, mais nous commencerons très bientôt une campagne publicitaire. Je suis ravi de collaborer avec une belle marque pour la première fois. Il y a aussi un projet de film qui est en préparation depuis un moment, le tournage aura lieu cet été. 

POUR MON TRAVAIL J’AI COMME UN MONSTRE À L’INTÉRIEUR DE MOI.

  • Il y a quelque chose qui me déborde dans mon travail sous mon apparence calme dans la caravane …
  • Mes traits négatifs ? Je ne peux pas faire deux choses à la fois parce que j’aime faire tout ce que je fais en me donnant à fond. J’ai aussi l’indécision de la Balance….

LE SENTIMENT D’INSUFFISANCE DOIT TOUJOURS AVOIR LIEU.

En se voyant se dire « Wow ! Comme j’ai bien joué ! » Cela ne me semble pas très sain. C’est proche d’un malaise mental. Quand on se regarde jouer, il devrait toujours y avoir un manque, toujours un sentiment d’imparfait. Ce sentiment d’insuffisance existe dans la vie. Pour continuer à aller en avant, on doit ressentir ce sentiment. Mais bien sûr, cela ne devrait pas se transformer en quelque chose de traumatisant. Si cela se transforme en un manque de confiance en soi ou en un complexe, c’est très mauvais… 

*****************

Crédit : Arman Ayse / Engin Akyürek
Sincères remerciements à Şentürk Demircan, Cofondateur de Scope Voyage (https://scope-voyage.fr) pour son aide précieuse dans la traduction du Turc au Français.

*******************

Leave a Reply

Your email address will not be published.

error: Right click prohibited