18.03.2018 – 01:30| Senem Aydin

Le 23 mars sortira dans le film « Les enfants vous sont confiés » rôle principal Engin Akyürek, « Je joue Kerem, nous avons tous des côtés similaires. Je choisis les rôles auxquels je crois, je n’ai aucun problème à surprendre le public », dit-il.

Engin Akyürek est l’un des plus importants jeunes acteur de la Turquie. L’acteur, qui a une grande base de fans en particulier en Amérique du Sud avec sa série télévisée, se prépare maintenant à apparaître devant le public avec son nouveau film, « Les Enfants vous sont confiés ». Il n’a jamais été intéressé par le côté renommé que procure son travail (vie de Stars); il n’aime pas beaucoup parler, donner des interviews. Il est toujours à la recherche d’histoires auxquelles il croit et dont il peut être satisfait. Nous avons parlé à Akyürek, qui a dit : «Après avoir travaillé avec Çağan Irmak, j’ai découvert quelque chose de nouveau sur le cinéma», son film, ses écrits dans le magazine, sa vie et l’intérêt de ses fans.

– Le public n’a pas pu vous voir. Quel genre de personnage allez-vous apparaître dans « les enfants sont confiés » ?

C’est un personnage différent de celui que j’ai déjà joué. Kerem, architecte d’intérieur. Il a un peu le même caractère que nous tous. Son histoire commence comme s’il était une personne très heureuse. Il surmonte un traumatisme de son passé suite à un accident de la route et se rend au village pour le résoudre. C’est là que commence la vraie histoire. Nous suivrons à la fois le processus de purification et le processus de confrontation de son passé. Il cherche un moyen d’aller de l’avant à partir de maintenant.

– Avez-vous eu une préparation spéciale pour ce rôle ?

En fait, le processus de préparation n’a pas été très long. Je crois au processus de préparation, et je l’apprécie, mais dans cette histoire, tout s’est passé si vite. J’ai dû aller trop vite.

– Vous avez joué une personne différente dans « une petite Affaire de septembre ». Aimez-vous surprendre le public au cinéma ?

D’abord, il faut qu’il y ait une histoire en laquelle je puisse croire et être heureux. Sinon, je ne veux pas surprendre le public. Vous pouvez aussi jouer des rôles avec des émotions et un ton similaire. Je veux juste des rôles auxquels je peux croire. Vous devez être capable de mettre votre cœur et votre âme dans le personnage. Je m’en inquiète de ça.

– Le film se déroule dans de nombreux endroits différents. Qu’est-il arrivé aux scènes de Dubrovnik, en Croatie, où « Game Of Thrones » a été tourné ?

Le tournage s’est déroulé à Istanbul et à Asos. Les scènes de Dubrovnik ont été le processus final du film. C’est un endroit magnifique, et on s’y sent bien. Les images et les sentiments qui s’y trouvent en disent long sur le film.

– Comment s’est passée la collaboration avec Çağan Irmak ?

C’est la première fois que nous avons travaillé ensemble. Çağan est un homme spécial. Il a beaucoup cru à l’histoire du film. Son enthousiasme pour le projet, sa volonté de raconter la question sous-jacente, sont très précieux. Après avoir travaillé avec Çağan, j’ai découvert quelque chose de nouveau sur le cinéma.

– Vous êtes l’un des rares noms à avoir connu le succès tant dans les séries que dans le cinéma. Cela vous impose-t-il une responsabilité distincte ?

Cela me donne la responsabilité de mieux faire mon travail. S’il y a une situation, il est nécessaire de poursuivre le processus. Mais ce n’est pas une responsabilité traumatisante et lourde à laquelle je pense jour et nuit. Les rôles et les histoires vous viennent, parfois vous voulez le faire et vous vous lancez. On ne construit pas sur l’accomplissement de quoi que ce soit. C’est le résultat. Le fait est que vous voulez faire partie du projet.

« Il y aura peut-être bientôt une série ou des projets »

– Vous avez un grand nombre de fans en Turquie et à l’étranger. Comment se sent-on lorsqu’on s’intéresse à vous ?

C’est si précieux, si joyeux. Ils ne me connaissent pas, ils connaissent les personnages que je joue. Je n’ai pas de comptes sur les médias sociaux, nous n’avons pas de communication directe. Il y a le compte du magazine, et plus essentiellement les comptes Facebook, Instagram et Twitter… De mon agent qui me sert d’intermédiaire pour savoir et communiquer un peu. Et pourtant, nous avons un beau lien et une belle amitié. Ils font de grandes choses, ils me rassemblent avec des organisations précieuses comme Darüşşafaka une association a titre caritative. C’est une situation particulière. Ce point de responsabilité vous rend plus prudent dans vos choix.

– Vous avez été nommée « l’acteur le plus élégant du monde » sur le célèbre site de mode Be Global Fashion Network. Quelle a été votre réaction lorsque vous l’avez entendu pour la première fois ?

Bien que je sois surpris. Je ne suis pas mannequin, et je n’ai aucune prétention à ce sujet. Je pense que c’est à propos de notre apparence à l’écran… Je porte juste des vêtements, il y a une équipe de professionnels qui m’habille.

– Avec Quel type de projet comptez-vous retourner à l’écran ?

Il faut que ce soit un travail auquel je croie. Je devrais aimer y être. Il y a une situation dans le secteur de la télévision où lorsque vous ne vous dites pas franchement pourquoi vous êtes sur ce projet, vous vous ennuyez avec le travail. Parce qu’on travaille trop longtemps.
Les projets coïncident parfois avec 1,5 à 2 ans de notre vie. Pour ne pas s’ennuyer et pour s’exprimer correctement, il faut trouver le sentiment et la sensation que l’on recherche. Je le cherche. Il y a des discussions, il pourrait y avoir une série de projets dans un court laps de temps.

« J’aime les projets d’époque »

– Comment gérez-vous ce genre de scénario ?

Je suis diplômé du département d’histoire. En tant qu’amoureux de l’histoire, j’aime aussi le travail qui traite d’histoires d’époques. L’une de mes premières séries a été « Karayılan ». J’aimerais bien me remettre à ce genre de scripts.

– Il y avait un commentaire pour vous, « un des rares joueurs qui ne joue pas son rôle, mais qui le vit ». Qu’est-ce que cela fait d’être appelé un bon joueur, et non un beau joueur ?

Je suis un acteur, je n’ai pas d’autre métier. Vous faites une chose dans la vie, et si de belles choses en sont dites, c’est très agréable. Les commentaires renforcent, motivent et améliorent votre travail. Jouer, c’est motivant. Vous devez vous sentir bien dans votre peau. Le rêve est la source de pouvoir qui vous permet de mieux faire votre travail.

– Vous jouez les rôles d’amoureux dans les séries. Comment est-il Engin Akyürek quand il est amoureux ?

Vous devriez demander à la personne dont je tomberai amoureux, ce serait plus correct.

«Je veux faire de mes articles un livre »

– Comment tes chemins se sont-ils croisés avec le Magazine ?

Un Magazine publié par mes amis d’Ankara. C’est un projet dont on a parlé depuis des années. Je ne pensais pas comme un écrivain à l’époque, quand ils m’ont proposé, mais il y a 19 numéros aujourd’hui … J’ai des histoires fictives à ma façon. Articles écrits par un acteur et créée mon propre monde. Je veux transformer mes articles en livre à l’avenir.

– Envisagez-vous d’écrire un script?

J’ai du mal à écrire mes propres histoires à l’avenir. Il y a des mondes et des personnages que je veux raconter. La période où je n’étais pas à l’écran m’a fait voir un peu «que puis-je faire, que dois-je faire» dans ce sens. Le fait est d’utiliser les choses que vous avez écrites.

– Réaliser?

À long terme, j’ai un tel désir. Mes plans et objectifs actuels sont de jouer. Mais je voudrais tourner une histoire que j’ai écrite moi-même. J’adore le cinéma et je veux y faire partie. Pour l’avenir, pourquoi pas?

– Vous avez dit : « J’ai des objectifs d’acteur ». Et ensuite?

J’ai trois films. J’aurais pu en produire plus, mais j’ai davantage existé à la télévision.
En se concentrant là-bas, que pour l’horaire de travail de la série, il ne reste que l’été et vous coïncide avec certains films. Je pense que je devrais me concentrer davantage sur le cinéma dans la prochaine période. J’en rêve.

« Le débat sur l’ego sur le plateau est épuisant »

– Vous avez eu le prix du meilleur acteur de Turquie. Y a-t-il des conflits d’ego sur le plateau?

Je n’ai jamais eu une telle situation sur les plateaux sur lesquels j’ai travaillé. Il faut s’éloigner de ces choses-là. On fait déjà un travail difficile, on travaille dur, et c’est épuisant de les affronter sur le plateau et dans la caravane. Maintenant, l’industrie a atteint cette maturité. Quand vous faites ce genre de choses, ça se voit dans les yeux.

« Je ne vis pas en casanier. »

– Vous n’aimez pas être vu en dehors des projets. Êtes-vous une personne sociable ? Comment se passent vos journées ?

Quand nous ne sommes pas là, on donne une image de nous verrouillant la porte à clé et assis à la maison tout le temps… Je ne suis pas un casanier. Bien sûr, j’aime passer du temps à la maison. Mais je sors avec mes amis. Je m’occupe du contenu du magazine au moment de chaque numéro, et je contribue autrement qu’en écrivant. La seule chose que vous ne pouvez pas compenser, c’est le temps. 24 heures, ce n’est parfois pas suffisant, mais j’aime passé du bon temps. Je le fais pour moi.

https://www.milliyet.com.tr/pazar/inandigim-rolleri-seciyorum-2629190

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here

Résoudre : *
15 × 12 =