Sur les pas d’Engin Akyürek

Sur les pas d’Engin Akyürek

Avant de commencer notre récit, voici un rappel de notre premier voyage inoubliable en Turquie en avril dernier qui a ouvert la danse à une série de séjours dédiés à la découverte des lieux de tournage des séries d’Engin Akyürek, notamment à Istanbul et à Bodrum 👇

Toujours sur les pas de notre acteur favori, nous avons organisé, six mois après ce premier voyage, un second séjour début octobre. Et, puisqu’ on ne fait pas deux sans trois, à quand la prochaine excursion au pays d’Engin ? Lors de notre récent séjour, et ce bien malgré nous, nous n’avons pas eu la chance de rencontrer notre acteur préféré. Néanmoins, les thèmes proposés n’ont en rien enlevé l’attrait que l’on pouvait espérer d’un voyage si époustouflant. En effet, la visite sur les lieux de tournage les plus populaires des séries, combinée à la découverte de cette culture turque infiniment riche en histoire, a été grandement appréciée des fans. Elles ont ainsi pu savourer pour un temps un mode de vie d’une culture bien différente de leurs habitudes occidentales.

La Turquie ! Oui, c’est le pays d’Engin, mais également un très beau pays qui n’a pas d’égal d’un point de vue culturel, historique, littéraire, artistiques… et j’en passe.

Toutes ces fabuleuses richesses réunies en font un lieu si chargé historiquement qu’on en vient même à se voir transporté à travers le temps. En fait, c’est un peu ce qui surprend tout visiteur de passage en Turquie, le désir inébranlable de vouloir y retourner. Cela émane certainement de l’hospitalité qui s’en dégage car il est vrai qu’elle fait partie intégrante des us et coutumes du pays. Les plats traditionnels et le thé turc, qui se boit à tout moment de la journée, en sont aussi les principaux agréments.

Cette excursion n’aurait pas pu être réalisée sans le support inébranlable de Sandra et Şentürk, l’une pour avoir géré inlassablement la logistique du voyage des participantes, et l’autre pour avoir organisé un itinéraire des plus extraordinaires parmi les dédales des ruelles d’Istanbul et de Bodrum afin de nous faire visiter les lieux de tournage. Nous avons également pu profiter doublement avec Şentürk de ses talents de guide expérimenté et d’interprétation, maîtrisant parfaitement le turc et le français.

Notes et remerciements sincères à toutes les personnes qui ont contribué à réaliser nos rêves :

  • Basée à la fois en France et en Turquie, l’agence touristique Scope Voyage vous propose des séjours et circuits accompagnés, des visites guidées, des excursions et activités diverses, y compris la visite de différents lieux de tournage.  Nous avons eu beaucoup de chance d’avoir rencontré son co-fondateur, Şentürk Demircan, sans qui ce voyage unique n’aurait pas pu se faire et qui, je vous rappelle, fait partie du groupe d’Administrateurs d’Engin Akyürek France.
    Nous le remercions pour sa disponibilité, son attention et son assistance. Grâce à lui, nous garderons des souvenirs inoubliables de notre visite en Turquie.
    https://scope-voyage.fr/nos-circuits?fbclid=IwAR3BFwK7sKqxqJbnaSGMs2gyz9Fn33Ly1U_oLQjKjOP4rxrCDJNr3BD0hNQ

Vous cherchez une agence pour organiser votre voyage en Turquie ?

Je vous conseille Scope Voyage Turquie qui met tout en oeuvre pour permettre la flexibilité nécessaire à la préparation de votre voyage et vous construit votre itinéraire sur mesure.



Profitez d'un service exceptionnel
pour faire de votre voyage une expérience unique.

N’hésitez pas à parcourir le lien en notes de fin pour que vous puissiez avoir un aperçu de ce beau pays qu’est la Turquie. Vous serez charmés par ses merveilleux paysages, sa population chaleureuse et son mode de vie.  La Turquie a tout pour vous surprendre, et ce de la manière la plus agréable possible !

  • A l’occasion de ce séjour, riche en enseignements et belles rencontres, Şentürk Demircan a souhaité nous réserver une surprise. Et quelle surprise ce fut ! Un acteur turc, Fehmi Karaarslan, est venu se joindre à notre repas dès le premier soir. Alors, une très belle soirée s’est ensuivie. Le lendemain, il nous a accompagné et nous a même servi de guide. C’était une autre façon de visiter Istanbul, avec un acteur ! Je vous laisse jeter un coup d’œil sur sa page Instagram et sur sa bio ▶https://www.instagram.com/fehmikaraarslan
Fehmi Karaarslan, une belle rencontre

Né à Istanbul en 1981, Fehmi décide d’aller étudier le théâtre en France. Il réussit le concours d’entrée au département Théâtre du Conservatoire Régional de Lyon et parallèlement étudie à l’Université Lyon 2 dans le département des Arts de la scène spécialité théâtre et obtient son master en théâtre.
Après avoir terminé le conservatoire, il suit une formation de comédien burlesque à l’école du FRACO (Formation Réservée à l’Acteur Comique et Clown) et participe à la formation Clown-Comédien pendant un an au Centre National des Arts du Cirque de Châlons-en-Champagne.
Il entre ensuite au Conservatoire National Supérieur d’Art Dramatique de Paris et est l’élève de Daniel Mesguich, Andrzej Seweryn, Caroline Marcadé, Mario Gonzalez, et Guy Bedos.
Sa connaissance parfaite des deux langues lui permet de jouer aussi bien en Turquie qu’en France et dans des productions franco-turques (Piknik in Gaza et Dinle Neyden).
Avec quelques amis, il monte une compagnie « Spoutnik » puis un spectacle absurde « Human Profit » qu’il commence à jouer à Lyon. Le succès de cette pièce l’amène à jouer avec ses amis au très renommé festival d’Avignon. Grâce au soutien de l’Institut Français il joue ce spectacle à Istanbul.
La pièce intitulée Deuil, dont il est le metteur en scène et le comédien, a été jouée durant deux saisons au Théâtre Espace 44 à Lyon.
Dans le cadre de l’année de la Turquie en France et Istanbul Capitale Culturelle Européenne 2010, il est invité par l’Ambassade de France pour donner un récital de poésie au siège de l’UNESCO à Paris.
En 2011, il obtient de jouer le rôle d’Ayaz Paşa dans l’un des plus célèbres dizi turc : Muhteşem Yuzyıl (le siècle magnifique), ce qui lui permet d’avoir une visibilité nationale en tournant dans cette série, l’une des plus suivies en Turquie et diffusée dans 50 pays pour plus de 200 millions de téléspectateurs. Sa rencontre avec les téléspectateurs turcs se poursuit avec le rôle de Nizamettin Bey dans le feuilleton Çalıkuşu / le Roitelet.
Ces trois dernières saisons, il a joué dans les pièces de théâtre suivantes : Charognes, de Mikhael Durnenkov ; Paçi, de Burak Akyuz ; Le nouveau locataire de Ionesco, dans le cadre de la 18ème Edition du Festival de Théâtre d’Istanbul ; et Rouge Noir et Ignorant, d’Edward Bond dans le cadre de la 19ème Edition du Festival de Théâtre d’Istanbul.
Il est actuellement à l’affiche du spectacle « Gomidas » qu’il interprète en français et en turc dans l’église arménienne du patriarcat d’Istanbul.
Il a collaboré avec les Théâtres Municipaux d’Istanbul afin de développer entre la France et la Turquie des projets de workshop en direction des comédiens

Fehmi Karaarslan se confie :
Ma connaissance des deux cultures, et un réseau solide d’amitiés et de contacts, m’ont permis d’espérer construire des ponts sur des bases pérennes. J’ai, à peu près sur tous les plans, pu mener à bien les projets artistiques qui me tenaient à cœur entre la France et la Turquie.
En faisant le bilan des années écoulées, je vois à quel point une bonne partie de mon activité a consisté, non seulement à travailler ici et à m’inscrire dans des créations de dimensions nationales (parmi mes rôles récents j’ai notamment joué au Théâtre du Peuple à Bussang, au Théâtre national de Toulon, au Théâtre national de Suresnes), mais encore à transmettre tout ce que j’aimais de la France à mon pays d’origine, la Turquie.
J’ai longtemps été un interlocuteur privilégié de l’Institut Français et de l’Ambassade de France à Istanbul, qui l’un et l’autre m’ont toujours accompagné et soutenu dans mes projets. En 2014, j’ai ainsi participé à la venue du metteur en scène français Fabien Aïssa Busetta pour son spectacle Rouge, Noir et Ignorant (Edward BOND), dans le cadre du 19e Festival International du Théâtre de la ville d’Istanbul. J’ai aussi joué dans ce spectacle.
Cette création française politiquement très engagée a eu un écho important dans la capitale, ainsi que dans le reste de la Turquie où nous avons fait plusieurs tournées. La même année, j’ai également fait jouer ma propre création, Incognito, au Théâtre Municipal d’Istanbul (écriture et mise en scène finale réalisée à Paris). Cette création a été le résultat d’un travail initial mené pendant six mois auprès d’acteurs turcs professionnels, au sein d’un workshop où j’avais invité, avec le soutien de l’Institut Français, des formateurs français de premier ordre tels que Jean-Claude Cotillard et Alexandre Del Perugia. Le spectacle Incognito a rencontré un vif succès auprès du public français comme turc.
En tant que comédien, j’ai également participé en 2015, en France cette fois, à la création de Simone Audemars Supplément au Voyage de Bougainville (d’après le livre de Diderot) au Théâtre du Châtelard à Ferney-Voltaire.
D’une façon générale, j’ai la chance de bénéficier aujourd’hui d’une certaine notoriété à Istanbul, où je suis identifié en tant que personnalité importante du monde théâtral et plus largement artistique francophone. J’ai par exemple été sollicité, depuis le début de l’année 2016, pour des cycles de lectures dans les deux langues au Palais de France (Istanbul) et à l’Institut Français, lors d’événements comme la remise du 8e Prix littéraire Notre Dame de Sion à Maylis de Kérangal pour son livre Réparer les Vivants ; ou à l’occasion de la soirée d’hommage à l’écrivain turc installé à Paris Nedim Gursel.
En 2019, j’ai tenu un rôle de Franco-Turc dans le film de O. Özdemir, Scent of my Daughter. Ce film, relevant d’une production internationale, a reçu plusieurs prix prestigieux (4 prix et 9 nominations), parmi lesquels le prix du Jury et le prix du meilleur film étranger au festival international du film de Milan en 2019.
Tout récemment, malgré la pandémie, nous avons réussi à monter le projet d’un spectacle autour de l’œuvre du prêtre et musicien arménien Gomidas. Ce spectacle a été créé en Turquie en deux versions (française et turque) dans le cadre du 24ème Festival International du Théâtre de la ville d’Istanbul, et sera par la suite joué dans les deux pays et les deux langues.

FILMOGRAPHIE:

Cinéma :
2021 GÖÇ MEVSİMİ, Yönetmen: Ali Levent Üngör,
2019 KIZIM GİBİ KOKUYORSUN, Yönetmen: Olgun Özdemir,
2016 VATAN SAĞOLSUN, Yönetmen: Düzgün Aslan,
2015 PİCNİC İN GAZA, Yönetmen: Philippe Vartan Khazarian,
2008 DİNLE DEYDEN, Yönetmen: Jacques Dechamps,
2015 KARADENİZ, Yönetmen: Ulaş Karaoğlu,
2010 MILK SHAKE, Yönetmen: Jonathan Helpert,
2010 LONTANO LONTANO, Yönetmen: Michele Gurrieri,
2008 DİNLE DEYDEN, Yönetmen: Jacques Dechamps.

Télévision :
2018 SİYAH BEYAZ AŞK
2018 VATANIM SENSİN, Rol: Mikulas
2017 İSİMSİZLER, Rol: Savcı Necip
2017 AŞK VE GURUR, Rol: Tarık Bey
2013-2014 ÇALIKUŞU, Rol: Nizamettin Bey
2011-2013 MUHTEŞEM YÜZYIL, Rol: Ayas Paşa

Je voudrais saisir cette opportunité pour remercier vivement les membres de l’équipe qui se sont joints à moi pour réaliser ce voyage inoubliable, notamment Şentürk Demircan, Sandra Spatola Sanchez, Fehmi Karaaslan et bien sûr toutes les personnes fort sympathiques du groupe Engin Akyürek France qui ont pu nous accompagner en Turquie. 
Faryal

Özlem & Faryal

Voici les notes et impressions ressenties par les membres d’Engin Akyürek France qui ont pu entreprendre ce voyage et ainsi se joindre à notre petit groupe. Je tiens à les remercier profondément. Leur agréable compagnie a contribué à rendre notre voyage très spécial.

 Chantal nous livre ses émotions 👇

Je viens de vivre une semaine comme il en existe peu, en tout cas pas assez souvent ! Sandra de l’agence « Un Jour Un Voyage » et Şentürk Demircan, de l’agence « Scope Voyage » nous ont organisé un voyage aux petits oignons sous la houlette et les consignes de Faryal, formidable administratrice de Engin Akyürek France !
Ce fut un plaisir de bout en bout, tant en ce qui concerne l’intérêt des visites, le choix des hôtels, l’organisation du voyage que dans l’ambiance du groupe.
Il est vrai qu’un seul but nous animait, au départ tout du moins : marcher sur les pas d’Engin, notre héros, visiter ses lieux de tournage, aller prendre un thé dans les lieux qu’il fréquentait avec Tuba dans Kara Para Aşk, marcher dans les mêmes rues, entrer dans la charmante petite mosquée où il a prié pour son enfant dans Sefirin Kizi, arpenter la place du commissariat où il travaillait avec Pelin, Arda et Ipek.
Enfin bref, le rencontrer, virtuellement. Avoir l’impression de participer aussi. Sentir l’ambiance. Se fondre dans les décors.
Impossible également d’être à Istanbul, sans voir Sainte Sophie, le Pont (que l’on voit dans toutes les séries) illuminé au-dessus du Bosphore, visiter le Palais Topkapi, passer devant le stade Beşiktaş, l’Equipe nationale de foot préférée d’Engin (et de nos guides !), traîner dans le marché aux épices égyptien. On en redemande !
Mais incontestablement, le voyage n’aurait pas été le même sans l’enthousiasme de Faryal, son dévouement, son admiration sans limite pour Engin, son désir de partager son plaisir.
Le voyage n’aurait pas été le même sans la surprise que nous avons eue de rencontrer Fehmi, un acteur de théâtre et de séries également et cela, grâce à l’entremise de Şentürk Demircan. Fehmi a étudié le théâtre à Lyon durant cinq ans et a conjointement, un certificat de guide touristique. Quoi de plus beau pour nous ! Un guide francophone, très disponible, répondant à toutes nos questions et charmant de surcroît.
Et, bien évidemment, le voyage n’aurait pas été le même sans Şentürk Demircan de l’Agence Scope, le « correspondant » Voyage de Sandra. Şentürk Demircan parle un excellent français et maîtrise parfaitement les moindres petites nuances de la langue ! Cultivé, amoureux de son pays, il a souhaité nous faire partager ses connaissances et nous faire aimer son pays.
Pour toutes ces raisons, ce voyage est mission réussie.
Merci aussi à toutes mes copines du groupe avec lesquelles j’ai bien ri !
Allez… « Hosça kal ! Güle güle ! Bir sonraki geziyi bekliyorum. »

Martine est plus concise dans son récit, mais tout y est dit 👇

Engin Akyürek, un acteur dont j’ignorais l’existence avant septembre 2020. Qu’est-ce qui m’a donné l’envie d’aller sur ses pas en Turquie ? Je l’ignore. C’était un besoin, une évidence. S’il fallait que je retienne une chose de ce voyage, c’est cette grande émotion que j’ai ressentie le dernier jour de notre périple à Bodrum en pénétrant dans cette magnifique mosquée où Sancar va prier pour la vie de son petit ange Melek.

Le récit de Céline, par contre, révèle un désir avide de décrire en détail sa visite 👇

Le groupe ENGIN AKYÜREK FRANCE, dont FARYAL RUTTEE est l’administratrice, a organisé un voyage en Turquie en l’honneur d’ENGIN AKYUREK pour faire son parcours cinématographique. Les deux agences « SCOPE VOYAGE » et « UN JOUR UN VOYAGE » ont tout organisé pour notre confort. Arrivée à Istanbul, Şentürk Demircan nous attendait devant la porte 9 de l’aéroport. Il nous a présenté à Fehmi Karaarslan, un acteur qui a joué dans la série « Muhteşem Yüzyıl, ou « Le Siècle magnifique » en Français et qui parle couramment le français. Nous avons eu l’agréable surprise d’apprendre qu’il serait notre guide sur Istanbul et nous en avons été très honorées.

Vous cherchez une agence pour organiser votre voyage en Turquie ?

Je vous conseille Scope Voyage Turquie qui met tout en oeuvre pour permettre la flexibilité nécessaire à la préparation de votre voyage et vous construit votre itinéraire sur mesure.



Profitez d'un service exceptionnel
pour faire de votre voyage une expérience unique.

Le groupe étant rassemblé, nous nous sommes rendues à l’hôtel NEORION, un hôtel confortable, avec terrasse et piscine couvertes, où nous allions passer notre séjour sur Istanbul.

De là, nous sommes parties à pied pour nous rendre à la gare de l’Orient Express, une gare magnifique où la série « Kara Para Aşk » a fait des tournages, et nous avons appris également que cette gare reliait la chine à l’Europe. Nous nous sommes promenées aux alentours pour finalement nous arrêter dans un restaurant au bord du Bosphore pour dîner. Là, nous avons eu la grande surprise de voir arriver Nedim Altunbas, un acteur connu de la série « Sefirin Kizi », très gentil et humble, à l’image de nos accompagnateurs. Nous sommes restées avec lui jusqu’à notre retour à l’hôtel. J’étais heureuse de retrouver Istanbul et les stambouliotes. Mon voyage précédent m’avait laissé des traces indélébiles. J’essayais de communiquer avec tout le monde. Les Turcs étaient agréablement surpris et j’en étais ravie. Peu m’importait la politique du pays, c’est à la rencontre du peuple que je voulais aller. Les Turcs sont tellement agréables, chaleureux, polis, prévenants, attentifs et galants que je me languissais de les retrouver.

Le lendemain, le petit-déjeuner nous a été servi en version buffet avec des mets frais très variés et des serveurs aux petits soins. J’ai savouré ce moment avec un plaisir évident. A l’arrivée de Fehmi, nous sommes parties en minibus privé pour nous rendre sur le port où un yacht privé nous attendait.

L’intérieur du bateau était magnifique et luxueux. Un serveur nous attendait pour nous servir le thé avec des amuses-bouches. Je me sentais riche en aventure et aussi riche en langues car je parlais en anglais et en turc. J’étais aux anges.

Nous avons longé les rives du Bosphore et de la Corne d’or et, grâce au récit de Fehmi, nous nous sommes plongées dans l’histoire d’Istanbul, le palais où MUSTAFA KEMAL ATATÜRK a séjourné mais aussi où il est décédé le 10 novembre 1938. Nous étions tout ouïe d’écouter cet orateur très instruit et, malgré le mauvais temps, j’étais heureuse de participer à cette traversée d’une durée de deux heures.

Ma compagne de voyage et amie, NORA, s’est sentie mal sur le retour dans le bus. Ayant été victime d’une rage de dents durant la nuit, elle avait pris trop de médicaments, et il faisait tellement chaud dans le bus qu’elle a eu un malaise.

Ayant été transportée aux urgences hospitalières les plus proches, elle a été prise en charge tout de suite par des médecins très compétents. J’ai assisté à tous ses soins car je ne voulais pas la laisser seule. Elle a eu droit :

  • aux perfusions
  • à la prise de constantes
  • à l’électrocardiogramme
  • à l’injection de médicaments
  • à l’auscultation de plusieurs médecins

Lors du paiement, j’étais étonnée du prix dérisoire eu égard la qualité des soins. Les équipements étaient de la dernière technologie, sans compter la gentillesse, l’attention et la compassion des médecins. Cela confirmait bien l’opinion que j’avais déjà du peuple turc très humaniste. Je retombais amoureuse de ces gens aux valeurs solides. Cette expérience imprévue a fait que j’ai pu découvrir le milieu hospitalier de ce pays. Les malades arrivaient aux urgences et étaient pris en charge avec compassion. Le personnel hospitalier était poli envers tout le monde. On disait aux patients qui quittaient l’établissement : « Je vous souhaite un prompt rétablissement ». Les médecins redoublaient d’attention pour les enfants et les personnes âgées. J’étais touchée au plus profond de moi-même.

Dans la précipitation, j’avais laissé mon sac et mes cigarettes dans le bus. Après avoir informé Fehmi, je vis arriver un peu plus tard Nedim Altunbas avec ses propres cigarettes pour m’en offrir une. Ceci m’a vraiment touché ! Nous avons pu discuter un peu en turc. Il m’a informée qu il était agréablement surpris de voir une française ayant appris le turc car, soi-disant, la France n’aimait pas la Turquie. Je lui ai répondu qu’il ne fallait pas confondre la politique avec les gens et que j’aimais beaucoup la Turquie et les Turcs. Il m’informa qu’il partait le soir même à IZMIR pour son tournage. J’étais attristée de savoir qu’il allait nous quitter. Il est resté avec Nora et moi jusqu’à son autorisation de sortie de l’hôpital, après quoi il nous a offert un petit encas pour reprendre des forces et a acheté les médicaments pour Nora. Plus tard, nous avons pris un taxi pour rejoindre le groupe au Palais de Topkapi. Nedim a été d’une prévenance et d’une galanterie tellement admirable envers Nora et moi que je ne l’oublierai jamais.

Une fois le groupe rejoint, nous avons pu visiter le palais de Topkapi, un immense édifice ! Entre les jardins, les différentes portes, les cuisines, les salles de réunion et le harem, nous en avions plein les yeux. Grâce à l’oration de Fehmi, nous nous sommes replongées dans le temps. Devant cette magnificence, je me sentais toute petite. J’ai pu constater que les Turcs avaient toujours eu une avance sur nous car, déjà à cette époque, ils avaient des hachoirs à viande. Non seulement ils étaient de grands guerriers, mais ils avaient en plus leur technologie. J’étais émerveillée !

A la sortie du palais, j’étais encore plongée dans l’histoire. Fehmi nous a aussi raconté pourquoi il y avait autant de mosquées. C’était fascinant !

Nous nous sommes rendues ensuite à l’hippodrome où il y avait à cette époque les courses de chevaux. Il nous a raconté des anecdotes sur ce lieu, où il y eut des centaines de morts. Cet emplacement se trouvait juste à côté du cadastre de Sultanahmet qui fut le lieu de tournage de KARA PARA AŞK, où le commissariat d ÖMER DEMIR était implanté. J’étais heureuse de me retrouver au même endroit que l’année dernière.

Nous avons ensuite dîné tout près, dans un restaurant chic avec une vue imprenable sur Istanbul. Les mets étaient sophistiqués et les prix vraiment abordables. Nous sommes rentrées à l’hôtel pleines de rêves, sachant que le lendemain cela continuerait.

Le lendemain, le petit-déjeuner avalé, le mini bus est venu nous chercher pour notre escapade journalière. En premier, ce fut la visite de la maison d’Umut ainsi que de tous les sites cinématographiques de notre cher acteur, ENGIN AKYUREK. ÖZLEM nous a rejointes à ce moment-là. Cependant, deux grandes déceptions m’attendaient. Le restaurant de FATMAGÜL et le MAVI CAFE n’étaient plus là. Je me suis réjouie d’avoir pu les visiter l’année précédente avec Nora. Nous sommes même allées au CAFÉ NERO, là où notre acteur va boire régulièrement son café. J’étais aux anges ! Nous avons terminé notre journée avec les emplettes au bazar égyptien, où j’ai pu faire quelques achats. De retour à l’hôtel, j’ai dîné sur la terrasse avec mes deux chères amies, FARYAL et NORA, ainsi qu’ÖZLEM. Nous y avons passé une dernière soirée très agréable.

DEPART POUR BODRUM

A notre arrivée à BODRUM, nous avons été accueillies par ORHAN et HAKI, notre chauffeur et notre guide, bien que Şentürk Demircan nous accompagnait aussi. Nous avons directement pris la direction des lieux de tournage de la série SEFIRIN KIZI. C’était un rêve devenu réalité !

Que de visites inoubliables ! La mosquée, où SANCAR fait la prière du vendredi avant son mariage à Menekşe, les fameuses ruines, la cabane de SANCAR et NARE, le manoir ainsi que le cheval noir de SANCAR, du nom de GECE, etc. Nous avons déjeuné à côté de la cabane dans un endroit très agréable et paisible où tous les acteurs allaient se restaurer. La nourriture était très bonne et le personnel serviable et chaleureux. Nous y avons croisé des fans de notre acteur, des Sud-Américaines avec qui nous avons sympathisé tout de suite.

Nous sommes rentrées sur BODRUM à notre hôtel qui se situait sur le port « La Marina ».

Il y avait de quoi rêver, un hôtel luxueux, avec piscine, terrasse, en fait la totale ! Pour combler le tout, il faisait un temps superbe d’été.

Après nous être installées, nous avons dîné dans un restaurant sur le port que nous avons ensuite visité. Là aussi, c’était magique ! BODRUM est magnifique !

Le lendemain, nous sommes reparties pour visiter le moulin où Akin avait été enfermé, la maison de NARE, celle de MAVI au bord de l’eau, et la mosquée où SANCAR a prié pour sa fille–celle-ci même où seront célébrées les obsèques de Gediz. Mais la pluie nous a empêché de visiter la MARINA. Nous nous sommes rendues dans un petit village portuaire digne d’un conte de fée et j’étais émerveillée. Je suis rentrée à l’hôtel pour me reposer car mon vol de retour était prévu à 4 heures du matin et je ne voulais pour rien au monde rater la soirée. En effet, nous allions fêter l’anniversaire de notre cher acteur. Je me suis apprêtée avec soin pour l’occasion et nous nous sommes rendues dans un village proche de BODRUM, dans un restaurant au bord de la plage. Le personnel, très chaleureux, nous a accueilli à bras ouverts. Les fans sud-américaines nous avaient rejointes pour cette occasion très spéciale et nous avons passé une soirée inoubliable à célébrer l’anniversaire d’Engin en dégustant un excellent gâteau à son effigie. Bien sûr, nous avons immortalisé ce moment en prenant de nombreuses photos et vidéo clips.

Bien que je sois partie le cœur gros de ce pays que j’aime tant, je suis rentrée chez moi les étoiles plein les yeux et avec des souvenirs mémorables. Le bonheur n’a jamais rempli mon cœur à ce point et je remercie du fond du cœur FARYAL RUTTEE d’avoir pensé à organiser ce voyage pour les fans d’Engin Akyürek.

Sylvie nous fait son petit compte rendu 👇

Après deux mois d’impatience, nous voilà prêtes à nous rencontrer au terminal 2 de Roissy CDG.

A mon arrivée, il y avait déjà Faryal, Chantal, et Michèle.

Véronique et Martine m’ont suivie dans la foulée.

Ce fût notre 1ère rencontre, puis l’embarquement pour 3h15 de vol.

Nous sommes arrivées à Istanbul par un temps maussade, mais accueillies par trois personnes souriantes et radieuses : Şentürk et Fehmi, nos deux guides, et Sandra.

La 1ère soirée fut Istanbul by night, puis dîner sous le pont de Galata, lieu très cosmopolite et très vivant.

Le lendemain matin, balade sur le Bosphore sous la pluie, puis découverte de la ville : Basilique Sainte-Sophie (Hagia Sophia), Palais Topkapi et Bazar Egyptien avec Fehmi.

Dimanche à la recherche des endroits insolites de tournage des séries d’Engin.

Lundi levées aux aurores pour partir à Bodrum accompagnées cette fois de Sentürk, un véritable puits d’érudition et de savoir, là encore à la recherche des lieux de tournages de Sefirin Kizi.

Mercredi 13 octobre, retour dans nos pénates. Ce fut un voyage très agréable, plein de bonne humeur et de fous rires, mais malheureusement trop court. Nous étions également toutes tristes de quitter notre si sympathique guide, Şentürk Demircan.

Voyons ce que Michèle Bini-Abbas a à nous raconter de sa visite 👇

La Turquie a un bien bel ambassadeur en la personne d’Engin Akyürek. En me délectant de ses films et séries, et de ses incroyables histoires, j’ai eu aussi un coup de foudre pour ce pays et la ville d’Istanbul. Aussi, je n’ai pas hésité à réunir ces deux coups de cœur lors de ce trop court périple proposé par son fan club.

Dès nos retrouvailles à l’aéroport de Paris, la sympathie a été instantanée car nous avions en commun notre Engin et la gaieté ne nous a plus quittées.

Nous avons été chouchoutées et bien encadrées grâce aux compétences particulières et professionnelles de chacun : Sandra et son agence Un jour Un voyage, avec une patience à toute épreuve pour répondre à nos éternelles questions ; Şentürk, à travers Scope Voyage, qui nous avait concocté un périple royal et nous avait réservé une surprise de taille car notre guide à Istanbul était Fehmi un acteur de théâtre qui connaît sa ville sur le bout des doigts  (nous avons même été enviées par des spectatrices étrangères qui l’ont reconnu dans la rue !), et enfin Faryal, inlassable colonne vertébrale du Fan club, qui a mené l’enquête pour retrouver des lieux de tournage coûte que coûte. Même notre chauffeur a fait jouer son réseau pour essayer de localiser Engin.

Pénétrer sur les lieux de tournage provoque une nostalgie particulière et nous fait découvrir des sites magnifiques. J’ai repensé à toutes ces équipes qui ont accompagné Engin pour qu’il nous touche à travers ses rôles. Mais j’ai aussi sincèrement apprécié la très grande connaissance de Şentürk (un incroyable francophone !) et de Fehmi concernant nos deux pays, et le fait qu’ils puissent nous expliquer leurs coutumes, leurs traditions, l’avenir et nous permettre de comparer nos deux modes de vie. Merci à Fehmi pour sa douceur et sa grande gentillesse. Et Merci à Şentürk pour son savoir inépuisable, mais aussi pour son humour espiègle qui ne lui a jamais fait défaut.

Nous avons eu la chance de passer quelques jours avec Sandra et je la remercie aussi de nous avoir trouvé des places d’avion côte à côte.

Merci à Faryal, toujours discrète mais qui garde sa ligne directrice, « une main de fer dans un gant de velours», qui veut conserver la convivialité de son Fan Club tout en faisant qu’on se respecte les uns les autres. Engin ne serait pas connu et représenté en France sans elle.

Et voici l’impression de Michèle Lumbroso 👇

« Une expérience unique et enrichissante qui m’a permis de visiter les lieux de tournage ». L’impression que j’ai de voir ces lieux après avoir vu la série est différente de celle de voir la série après avoir vu les lieux, ce qui est mon cas pour la série Sefirin Kizi.

Au tour de Nora de nous livrer ses émotions 👇

Vendredi 8 octobre 2021 : Voilà enfin mon rêve réalisé, mon voyage sur les pas d’Engin Akyürek ❤. Il est organisé par Faryal Ruttee, notre administratrice du groupe Engin Akyürek France, aidé par Sandra Spatola Sanchez de l’agence « Un jour un voyage », et de Şenturk Dermican de l’agence « Scope voyage Turquie ».

La rencontre avec mes compagnes de voyage à mon arrivée à Istanbul a été pleine de joie. J’y ai même retrouvé mes amies Céline Burgos et Faryal Ruttee, avec qui j’avais discuté depuis longtemps de ce voyage à venir et que je désirais tellement. Tout d’abord, Şenturk nous fait une première surprise en nous présentant Fehmi Karaarslan, un acteur et guide turc, qui le secondera pendant notre voyage à Istanbul, puis une deuxième surprise avec un chauffeur très compétent, vu les embouteillages dans Istanbul, qui nous dépose à notre hôtel « Orion ». Il fait nuit et nous allons visiter la gare où Ömer et Elif ont une scène dans Kara Para Aşk (KPA – Diamants noirs), à leur retour d’Italie, et où Fehmi nous guide pour nous raconter toutes les anecdotes de cette gare célèbre. Ensuite, direction le Bosphore où nous nous arrêtons pour dîner dans un restaurant situé sous le magnifique pont illuminé. Et là encore, une magnifique surprise nous attend, pour notre plus grand plaisir, en la personne de Nedim Altunbas—l’acteur qui a joué dans la série Sefirin Kizi auprès d’Engin Akyürek—pour passer la soirée avec nous et gentiment accepter de poser pour des photos souvenirs. J’ai passé une très belle soirée.

Samedi 9 octobre 2021 : Fehmi Karaarslan viens nous chercher pour nous servir de guide tout au long de nos découvertes « Sur les pas d’Engin ». Tout d’abord, direction le port pour une croisière de deux heures sur le Bosphore en yacht privé. Fehmi nous décrit en fort détails les monuments que l’on aperçoit le long de notre parcours. C’est avec joie que nous partageons ensemble un moment en buvant du thé et en dégustant des douceurs turques sur le bateau. Ensuite direction le Palais de Topkapi. Mais, j’ai une mésaventure pendant le trajet en minibus. Je suis soudainement prise d’un malaise et m’évanouie. Le chauffeur, très compétent, m’emmène directement aux Urgences. Il faut dire que j’ai fait subir une belle frayeur à mes compagnons de voyage et ils ont même eu droit à une visite des urgences. P.S. : Les filles, je me serais bien passée de cette visite à l’hôpital 😂😂😂.
Mais je dois dire que les médecins, très professionnels, m’ont vite pris en charge de manière très efficace et je les en remercie infiniment. J’ai également eu la surprise de constater la gentillesse de Nedim Altunbas, qui est resté près de moi avec Céline durant mes soins, pendant que les autres attendaient patiemment dehors d’avoir de mes nouvelles. Nedim s’est montré d’une patience et d’une prévenance exceptionnelle envers moi, et je lui en suis extrêmement reconnaissante car j’étais très faible en sortant de l’hôpital. Il m’a même accompagnée en taxi pour rejoindre Fehmi et le reste du groupe pour la visite du Palais de Topkapi. Fehmi, excellent guide et orateur, nous a raconté en grands détails la vie dans ce palais à l’époque du Sultan.

L’aventure se poursuit avec la visite du fameux commissariat d’Ömer de KPA, avec poses et photos, puis d’une mosquée à Fatih. Enfin, pour terminer la journée, nous nous arrêtons pour dîner dans un restaurant panoramique en terrasse qui permet une vue splendide sur la ville. Là encore, nous passons un bon moment entre nous pour finir la soirée en beauté.

Dimanche 10 octobre 2021 : Nous voilà de nouveau sur la route en direction de la maison d’Umut (dans Bir Ask iki hayat – Un amour, deux vies) et de celle d’Elif (dans KPA), où nous retrouvons la sympathique Özlem qui continuera à partager sa journée avec nous. Que d’émotions à la vue de la maison rose d’Ömer et Elif (KPA) ! Puis, nous continuons avec la maison de Kerim et Fatmagül le long du canal du Koksu (Fatmagül’ün Suçu Ne ? – Quelle est la faute de Fatmagül ?) suivi de son restaurant Gül Mutfaği (la Cuisine rose), et pour finir la fameuse maison de l’avocat Kadir où vivait la famille de Kerim et Fatmagül et où ils se sont mariés. Il est temps de nous restaurer, et quoi de mieux que de choisir le bar « Semtin Kahvesi », l’endroit où Ömer et Elif se retrouvent souvent dans KPA et où nous passons un merveilleux moment à chanter, à déguster le fameux Lamagum et à boire le thé turc.
Fehmi nous guide plus tard au CAFÉ NERO dans le quartier où habite Engin Akyürek, un endroit où il va très souvent se détendre en lisant, tout en buvant son café Nero. Etant moi-même une bonne consommatrice de café, je tenais vraiment à cette visite et à commander un café.

Peu après, nous faisons une halte spéciale à la station Shell, où figurent les panneaux publicitaires de la promo d’Engin Akyürek, et une séance poses et photos s’ensuit avec plein de fous rires avec mon amie Faryal 😂. Nous nous arrêtons également dans une librairie où je fais l’acquisition du journal Kasafinagore qui publie chaque fois un conte écrit par Engin Akyürek. Faryal, Özlem, Céline et moi terminons notre dimanche avec des achats souvenirs au Bazar Égyptien, suivi d’une soirée au restaurant sur la terrasse de l’hôtel « Neorion » pour clôturer joyeusement notre séjour à Istanbul. Nous devons toutes être prêtes le lendemain pour 5h30 car nous partons à l’aéroport d’Istanbul, direction Bodrum.

Lundi 11 octobre : Notre vol d’Istanbul à Bodrum est motivé par le soleil, la mer, le ciel bleu. Pour moi, c’est le bonheur total car notre visite se base sur la série Sefirin Kizi dans laquelle Engin Akyürek interprète le rôle de Sancar Efeoğlu.

Nous allons à la rencontre de Hakki, notre nouveau chauffeur, et Horhan, un autre guide. Ils sont tous deux en grande conversation avec Şenturk à propos de notre programme pour la journée. Première étape Muğla pour la visite de la mosquée, là où commence le premier épisode de Sefirin Kizi et où l’on voit Sancar prier avant son mariage avec Menekşe.  Cette mosquée est très belle et le village très atypique. A Milas, nous découvrons la cabane bleue de Mavi et l’arbre avec les initiales de Sancar et Nare. La colline derrière le chalet est très impressionnante. Nous faisons une pause dans un restaurant tout près car l’endroit est idyllique et paisible. Le hasard faisant bien les choses, nous rencontrons pendant le repas des fans sud-américaines que Faryal connaissait déjà et qui faisaient le même parcours que nous. Notre visite se poursuit avec la maison en ruine au bord de l’eau, où Gediz aimait à s’y retrouver pour penser, et bien sûr la cerise sur le gâteau avec le célèbre manoir (ou konak) des Efeoğlu. Le fait de me retrouver dans la maison de Sancar me remplit d’une émotion indescriptible et ma joie est à son comble. J’y suis, oui, j’y suis vraiment ! Nous avons la chance de pouvoir visiter l’intérieur comme l’extérieur de l’habitation, de voir Gece, le cheval noir de Sancar, et également son chien. Le domaine est immense et magnifique. Nous avons pu prendre beaucoup de photos souvenirs et j’étais tellement émue. Une chose est certaine, c’est que la prochaine fois que je regarderai la série Sefirin Kizi, je pourrai me dire que moi aussi j’y suis allée.

Après de si belles émotions, nous nous dirigeons vers notre Hôtel « Double Tree », où nous découvrons une magnifique piscine et un vaste bar. Je dois dire, que nous avons été largement gâtées au cours de ce voyage inoubliable. Un repos bien mérité s’impose avec quartier libre, puis dîner au restaurant et promenade le long du port.

Mardi 12 octobre 2021 : Après un bon petit-déjeuner, nous prenons la route vers le moulin où Sancar avait emprisonné Akin. Les ruines des moulins et le panorama aux alentours sont impressionnants et tellement magnifiques à voir. Pas loin de là se trouve la maison de Nare, où Sancar et Melek avait laissé sur le mur de la salle les empreintes de leurs mains avec de différentes couleurs. Nous sommes autorisées également à voir l’arrière de la maison où se trouve une piscine avec une vue à couper le souffre de la mer. Muğla est un endroit magnifique mais nous continuons notre visite vers Kültür, un endroit idyllique qui se trouve en bord de mer. J’ai beaucoup aimé me promener au bord de l’eau et j’ai surtout apprécié tout ce bleu dominant que les Turcs ont dans leurs vies quotidiennement. C’est magnifique de voir ces arbres remplis d’yeux bleus. Nous avons profité de cet endroit au bord de l’eau pour boire un thé, cette boisson si traditionnelle dans ce pays. Nous poursuivons notre visite vers la maison de Mavi, l’endroit où Sancar et Mavi ont vécu un temps, et où ils se sont mariés. Cette maison est splendide, toute blanche et en bord de mer.  C’est un réel bonheur que de la voir là devant moi. Que d’émotions ! Je ne sais comment l’expliquer mais c’est la maison de mes rêves.

Mais là encore, Şenturk m’a réservé une très belle surprise. C’est la visite d’une mosquée bien particulière. Je lui avais demandé si j’aurais la chance un jour de la voir lors d’un voyage organisé en Turquie car elle me tient profondément à cœur. C’est un de mes souhaits les plus fervents. En fait, lors de la diffusion de l’épisode de Sefirin Kizi, au moment où Sancar prie avec ferveur Allah pour la vie de sa fille Melek mourante, ce passage m’avait tellement émue que mes larmes s’étaient mises à couler sans que je ne m’en rende compte. A cet instant, je m’étais promise qu’un jour viendrait où je prierai moi-aussi dans cette mosquée. Ce fut un souhait que Şenturk, si serviable et bienveillant, a permis de rendre réalité, et pour cela je lui en suis infiniment reconnaissante.

Pour clôturer notre journée en beauté en ce jour de 12 octobre, nous allons fêter l’anniversaire d’Engin Akyürek à l’occasion de ses 40 ans 👍❤❤❤❤. Faryal nous a organisé une super soirée dans un restaurant en bord de mer avec la surprise d’un somptueux gâteau avec la photo d’Engin à l’effigie de son groupe Engin Akyürek France. Nous avons retrouvé les dames sud-américaines qui avait été invitées par Faryal pour passer la soirée d’anniversaire avec nous. Après les photos, et beaucoup de fous rires, nous nous sommes mises à chanter un Happy Birthday à Engin. Merci Faryal, voilà encore une soirée inoubliable pour nous.

Mercredi 13 octobre 2021: Nous nous préparons pour notre retour et chacune a sa destination. Pour moi, c’est Bruxelles. C’est avec beaucoup de peine que j’ai à dire au revoir à mon amie Céline Burgos ainsi qu’à mes nouvelles amitiés formées dans le groupe, comme Véronique, Michèle, Sylvie, Chantal, Martine, etc. Un grand merci également à Şentürk pour avoir su organiser des visites si réussies et pour son amabilité et sa bienveillance, de même qu’à Sandra Spatola Sanchez pour l’excellente organisation de nos voyages. Je transmets un remerciement tout spécial à Nedim Altunbas, un homme si gracieux, affable et attentionné, qui a su me soutenir lors de mon hospitalisation. Je ne l’oublierai jamais.

A Faryal, ma Chère amie, que ce voyage m’a permis de rencontrer, enfin après tant d’années, grâce à notre passion commune pour Engin Akyürek, je ne te remercierai jamais assez pour avoir permis que mon rêve d’un voyage sur le parcours cinématographique entre fans d’Engin Akyürek se soit réalisé. Mille mercis Faryal pour ta gentillesse, ton dévouement et ton amitié qui me sont si précieux. NORA RIZZO, Une fan inconditionnelle d’Engin Akyürek ❤

Quelques photos de la célébration de l’anniversaire d’Engin pour terminer notre balade à Bodrum 👇

Les mosquées :

Le premier souvenir de Sancar nous ramène à la prière du vendredi dans une mosquée, l’après-midi de son mariage avec Menekşe.

Le second souvenir c’est lorsque Sancar entre dans la mosquée silencieuse et vide, il s’approche du mihrab marquant la direction de la Qibla. Dans le silence, une douce lumière diffuse nous permet de voir la présence de Sancar, chargé de chagrin, alors qu’il termine le rituel et lève les mains pour implorer la miséricorde divine. De tous les épisodes de Sefirin Kizi, cette scène appartient uniquement à Engin Akyürek. Le travail d’un acteur consiste à donner vie à un personnage scénarisé avec autant de réalisme que possible, avec Akyürek, les possibilités de découverte de soi semblent illimitées. Étudiant chaque personnage qu’il incarne avec une attention toute particulière, Akyürek s’immerge dans ses rôles à tel point qu’il semble que les souvenirs les plus secrets du personnage qu’il incarne se soient infiltrés en lui, au point qu’il est difficile de distinguer l’un de l’autre. Injectant de la vie dans chaque ligne qu’il prononce, Akyürek exerce un contrôle parfait sur sa voix, qui est l’un de ses plus grands atouts (Mme Navid Shahzad).

Maison de Nare:

Maison de Mavi :

Avec le propriétaire de la maison.

Vous cherchez une agence pour organiser votre voyage en Turquie ?

Je vous conseille Scope Voyage Turquie qui met tout en oeuvre pour permettre la flexibilité nécessaire à la préparation de votre voyage et vous construit votre itinéraire sur mesure.



Profitez d'un service exceptionnel
pour faire de votre voyage une expérience unique.

Le Manoir :

Impossible de terminer sans laisser quelques mots à mon amie Roselyne Javed, qui d’ailleurs fait partie de notre groupe d’aministrateurs. Sans son aide précieux, il m’aurait été difficile d’y arriver toute seule.
Roselyne, difficile de trouver les mots justes pour t’exprimer ma gratitude, les mots les plus simples seront sans doutes les meilleurs : « je te remercie du fond du coeur pour tout ce que tu apportes à Engin Akyürek France ; un immense merci pour ton excellent travail »🙏.

Leave a Reply

Your email address will not be published.

error: Right click prohibited